SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

40 personnalités choisies par le « Mouvement patriotique libre » pour pourvoir les postes vacants dans les bureaux de vote hors du Liban

Ce n’est plus un secret d’évoquer le contrôle du chef du Mouvement patriotique libre, Gebran Bassil, sur les détails du ministère qu’il a reçu, à commencer par le ministère de l’Énergie puis ses fidèles conseillers, dont plusieurs sont en tête des listes des candidats du Mouvement patriotique libre dans le Chouf et le Kesrouan.

Quant au ministère des Affaires étrangères, il est devenu une couleur « orange » en raison du nombre d’employés et de conseillers qui soutiennent Bassil.

Et s’il quitte Bustros Palace, il a encore la possibilité d’effectuer des mutations qui lui permettent de se conduire librement au sein du personnel étranger de l’administration centrale et dans les couloirs des ambassades.

Et au cas où les expatriés se révolteraient, persuadés plus tôt que leur voix aura un rôle prépondérant dans le changement de l’arène interne libanaise, malgré les immenses kilomètres qui les séparent de leur patrie.

Bien sûr, cette affaire a constitué un cauchemar pour Basil, et il s’est préparé pour limiter ses pertes, et il a pu le faire à travers les multiples obstacles apparus sur les médias dans plus d’un pays.

Cela n’a pas empêché Bassil d’identifier les raisons et de blâmer ce qu’il a appelé la « bêtise » de certains, anticipant le ministre du Pacte, Abdullah Bu Habib, dont les propos dans son récent entretien avec l’un des médias écrits rejoignaient les propos de Bassil.

Il a décrit le fait de lui faire confiance comme une pièce de théâtre.

Expliquant la question, il y a deux possibilités, la première est l’ignorance des faits des choses, et la seconde est l’anticipation des pertes réalisées lors des élections, selon une source spéciale pour « Sawt Beirut International ».

La source ajoute après la confusion qui s’est produite dans la zone des bureaux de vote et les appels à les corriger, notamment en termes de dispersion des électeurs et de leur infliger de lourdes charges dans le processus de leur transport vers les bureaux de vote.

Elle doit être suivie d’une autre étape liée au processus de surveillance des élections et de réception des urnes, et cette affaire touche à sa fin, puisque deux personnalités appartenant au courant au sein de l’administration centrale ont été affectées à la réception des urnes, à savoir Khalil Khalil et George Kfoury, à une époque où une quarantaine d’employés de diverses catégories étaient répartis dans plusieurs pays arabes. .

Cependant, certains pays n’ont désigné qu’un seul employé, mais il est remarquable que la plupart des personnes nommées soient éclipsées par la « couleur orange » afin de compléter le dispositif qui paralyse la capacité des expatriés à faire la différence.

D’autant plus que le nombre de personnes souhaitant voter est menacé par le « Courant patriotique libre », dont les tournées et les visites dans les différents spectres du globe n’ont servi à rien, après l’effondrement du Liban sur les plans économique, vivant et même souverain.

La source conclut en mettant en garde contre d’autres obstacles qui pourraient être proches de la vérification par ceux qui doivent allégeance à ceux qui sont nommés au ministère des Affaires étrangères.

Bien sûr, il aura un grand impact avant le processus de vote, après que le temps presse, et il ne peut être, aussi fort que les pressions et les appels des expatriés augmentent, de ne pas priver une grande partie d’entre eux de l’exercice de leur droit de vote.

D’un autre côté, la peur et l’anxiété ont dominé après la diffusion des noms de ceux qui superviseraient le processus électoral.

Et ceux qui ont été transférés dans des centres qui souffrent d’un manque d’encadrement du processus électoral, et la plupart d’entre eux ne peuvent pas sortir du « contrôle des oranges ».

Citons par exemple l’ambassadeur Ghadi Khoury, directeur des affaires politiques et consulaires au ministère des Affaires étrangères, qui a été muté à New York – et à Sydney – Australie, Tony Anturi, qui était à l’origine attaché au Palais républicain, avait la plus grande part, car la question des naturalisés occupe la place la plus importante dans le processus de vote.

Et elle a estimé qu’il lui fallait 3 personnes, car Maya Samaha * Sarah Al Dirani * Nohad Bououn a été choisie, et il n’est pas caché que leur fidélité au Courant Patriotique Libre, bien sûr, la liste est longue.

Il n’est pas possible d’énumérer les noms qui ont prévalu sur ceux choisis pour combler le vide dans les États et zones sensibles quant à leur appartenance et leur rotation dans l’orbite de la « tendance nationale » ou du « duo chiite ».

Cette question aura des répercussions importantes sur les élections des expatriés, en particulier dans les régions qui ont enregistré le pourcentage le plus élevé d’électeurs inscrits pour participer aux élections, si elles sont destinées à avoir lieu.

    la source :
  • Sawt Beirut International