SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 February 2023, Friday |

Accord de démarcation des frontières: du travail juridique et politique au travail technique

Après la positivité qui a dominé la situation des frontières sud, suite à l’accord entre le Liban et Israël sur la démarcation des frontières maritimes, l’attention est dirigée vers la prochaine étape, en espérant que cela se répercutera sur le pays et accélérera les bénéfices du pétrole et la richesse en gaz de la mer.

Des sources diplomatiques ont déclaré à « Sawt Beirut International » que la question de la démarcation et des frontières a pris fin sur les plans politique et juridique. Les frontières du Liban sont devenues claires et documentées aux Nations Unies. Désormais, le sujet devrait être complété au niveau technique.

La société française « Total », qui commencera le forage et l’exploration en mars prochain, a réservé des hôtels pour ses ingénieurs et employés, et commencera à apporter l’équipement nécessaire au forage et à l’exploration en mer du Liban, et il n’y a pas non plus de problème qu’elle travaillait sur l’exploration à partir d’Israël, selon l’entente qui a été faite.

Quant à l’accumulation de la richesse financière que le Liban est censé obtenir grâce à son investissement dans la richesse pétrolière et gazière, ce sera selon l’élaboration du plan du nouveau mandat, du nouveau gouvernement et du parlement pour déterminer la forme de l’organisme qui recevra les revenus, comment ils seront distribués et gérés, et comment le trésor de l’État et le peuple libanais en bénéficieront. Avec l’intégrité et la moralité dont il doit jouir, d’autant plus que les lumières internes et internationales seront sur elle, après le grand effondrement financier et avec l’appel de la communauté internationale à recourir aux réformes nécessaires pour arrêter la corruption et le gaspillage.

Les sources indiquent que le niveau officiel libanais est rassuré sur le fait que l’accord est un large accord et est garanti par les États-Unis.Même le chef du nouveau gouvernement israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré que l’accord protège les intérêts d’Israël, et ce n’est pas dans son ou l’intérêt de son gouvernement que l’accord soit affecté négativement par toute position.

Les sources ont clairement indiqué que le Liban n’a rien à perdre, mais qu’Israël est le plus grand perdant de tout gâchis de l’accord, d’autant plus qu’Israël a des marchés qu’il a fournis pour sa richesse attendue en gaz et en pétrole et les contrats internationaux connexes, et il a aucun intérêt à le saboter.

Il existe une période de grâce, selon les sources, entre le début de l’exploration et le début de la recherche de réserves de pétrole et de gaz, pendant laquelle le Liban peut fournir le cadre légal et officiel à travers lequel il préservera et gérera le revenu de cette richesse.

    la source :
  • Sawt Beirut International