SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

Al-Rahi: Un président fort est celui qui respecte la constitution

Quelques jours après le début de la date limite constitutionnelle pour l’élection d’un président de la République du 31 août à minuit au 1er septembre, il est naturel que ce droit soit au premier plan du journal politique libanais et il est évident que le siège du Patriarcat maronite fera l’objet de visites de politiciens de diverses directions dans le contexte de son rôle influent et fondamental dans le droit présidentiel et de voir sa position à la lumière de ce qui est dit sur la possibilité de ne pas élire un nouveau président à la date constitutionnelle spécifiée et le Liban entrera à nouveau dans la spirale du vide présidentiel qui Il semble être le candidat principal jusqu’à présent dans une atmosphère qui reste floue sur la personnalité du président.

Les visiteurs de Diman confirment à « Sawt Beirut International » que le chef de l’Église maronite, le patriarche Mar Bechara Boutros Al-Rahi, qui rejette naturellement la logique du vide dans la direction de la première présidence, ne favorise pas l’arrivée d’un président au palais de Baabda du club des puissants, et sa position n’est pas nouvelle et il l’a annoncé il y a plus de six ans, avant l’élection du président Michel Aoun, qui est arrivé sur la base d’un règlement qui s’est avéré être un échec, et les visiteurs soulignent que le patriarche considère que le président fort est celui qui est engagé Par la constitution et pour être le président de tous les Libanais sans exception. Al-Rahi parle à ses visiteurs qu’il aspire à élire un président consensuel, non provocateur, non partisan qui ne dépend pas de l’axe de la résistance, et les visiteurs sentent que le patriarche berger n’a pas de nom spécifique et que son candidat est celui sur lequel le peuple libanais est unanime.

Les visiteurs ont souligné que le patriarche maronite est contrarié par la domination de l’arme légitime sur une grande partie du peuple libanais et son impact sur les décisions de l’État.

Les sources ont cité Al-Rahi comme appelant les députés de l’opposition à unir leur position dans le dossier d’éligibilité présidentielle, soulignant que toute division des positions entre eux conduira inévitablement à l’arrivée d’un chef de la soi-disant équipe de résistance.

Les visiteurs citent Al-Rahi comme refusant d’affirmer que nous serons confrontés à un vide présidentiel, et les sources considèrent que les alternatives au vide sont ce qui peut résulter du milieu du conflit régional, en particulier ce que les résultats des négociations de Vienne expliqueront, car si un accord est bloqué, un président fidèle à l’équipe de résistance sera imposé en faisant pression pour obtenir un quorum parlementaire et en élisant une figure comme Suleiman Frangieh ou Emil Rahmeh par exemple.

Les sources considèrent que le Liban attend actuellement le résultat des négociations de Vienne et l’accord régional qui pourrait aboutir à l’élection d’une figure telle que celle du président Elias Sarkis par exemple, mais les sources considèrent que le tableau jusqu’à présent est encore flou, et les sources indiquent que c’est l’évacuation de l’atmosphère régionale qui peut conduire au début des solutions et non à l’élection du président car le principal problème est la présence des armes du Hezbollah et du projet iranien et sa décision qui contrôle le pays et l’utilise pour négocier.

Les sources affirment que Gebran Bassil n’a aucun espoir de succéder à son oncle, il semble donc qu’il ne soit plus fort et que le Hezbollah ne le soutienne pas, de sorte que les choses peuvent aller vers plus de chaos et s’effondrer dans le reste de la vie de l’alliance parce que Bassil en tant qu’Aoun est prêt à brûler le pays pour ses intérêts comme ce dernier l’a fait tout au long de sa carrière politique en suivant la logique de moi ou de personne.

Par conséquent, les sources se réfèrent à la question de l’arrestation de Mgr Moussa al-Hajj et la considèrent comme un message politique en raison des positions du Patriarcat.

    la source :
  • Sawt Beirut International