SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 13 August 2022, Saturday |

Aoun à Bassil.. « Vous voulez être un président? »

Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil n’aime pas suivre de près le dossier de la formation du gouvernement, de préférence d’être présent personnellement au palais de Baabda et suivre de près chaque errance et entrée, en particulier le dossier du gouvernement.

Bassil a une longue histoire d’ingérence dans tous les dossiers du palais présidentiel, et des sources informées disent qu’il a vu tout ce que fait le président Michel Aoun, car son ombre surveille tous ses pas et le contenu des réunions du président de la République, c’est ainsi qu’il aime et travaille et le président Aoun insiste pour l’envoyer et lui raconter toutes les réunions qui se produisent.

Les sources ont révélé qu’une fois, il a plaisanté avec le président Aoun , en disant: « Vous voulez faire un président? Il faut tout savoir », surtout dans ce pays et avec de tels partis politiques.

Les sources ont déclaré à « Sawt Beirut International », le président Aoun agit comme si Bassil était le président de la république, et tous ceux qui travaillent au palais présidentiel s’en rendent compte, car Basil passe plus de temps dans le palais qu’il n’en passe chez lui, ce qui revient à mettre des conseillers qui lui sont fidèles près du président et à renverser la plupart des anciens conseillers, car il ne fait confiance qu’à son équipe étroite, et de cette façon il suit de près ce qui se passe dans les couloirs de Baabda.

Bassil, qui n’aime pas parler au téléphone, a peur des écoutes, surtout à ce stade délicat, et il suit personnellement le dossier du gouvernement, et a divulgué la composition pour la faire exploser, car elle n’était pas conforme à ses demandes, il savait que le président désigné Najib Mikati ne lui donnera pas ce qu’il veut et ne l’a donc pas nommé à l’avance, et le Hezbollah a livré un message à Basil qu’il n’interviendrait pas cette fois avec Mikati pour le convaincre des conditions de Basil.

Les sources ont souligné que le processus de formation est difficile dans les conditions fixées par les partis politiques, en particulier Bassil, qui veut qu’un gouvernement mesure ses intérêts afin de gérer le vide présidentiel après la fin du mandat du président Aoun, et il est déjà conscient que son arrivée au palais de Baabda sans obstacles, dont le premier est les sanctions américaines, et il travaille dur pour les lever en allouant une équipe d’avocats à Washington.

    la source :
  • Sawt Beirut International