SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Au Guide de la République , « Le corrompu n’est-il pas aussi un agent ? »

À l’approche des élections législatives, le Hezbollah terroriste se tourne vers les affaires intérieures, sociales, économiques et administratives du Liban, brandissant le slogan de la lutte contre la corruption.

Les auteurs de cette corruption, hauts fonctionnaires, frères ou fils de dirigeants du Hezbollah, ont reçu une couverture directe ou indirecte pour pratiquer leurs excès, et sont également désireux de répandre une « culture de posséder le peuple ».

Le Hezbollah, qui couvre la corruption dans toutes ses branches, de la contrebande de carburant à travers les passages illégaux à la couverture de la corruption dans la plupart des ministères, et couvrant les responsables des finances de l’État libanais de 1990 à nos jours, a rendu nécessaire pour les Libanais de payer pour la corruption qui a volé de l’argent à l’État, ainsi que le prix de la soumission du parti à l’Iran, qui constitue la subordination du chef de l’État.

Dans ce contexte, on peut dire que cette milice a pu créer sa propre corruption, qui s’est étendue et a pris diverses formes, mais les « drôles de pleurs » se cristallisent avec le comportement de cette milice, a franchi effrontément la frontière, ils mènent des campagnes électorales, dont la rente est la « lutte contre la corruption », où ils attirent leur public à travers des réseaux de clients, sous prétexte de « résistance », le Hezbollah gère le processus électoral de manière assez professionnelle en mettant en œuvre les instructions de l’Iran et en faisant passer les intérêts du régime iranien avant les intérêts de l’État et du peuple libanais.

L’alliance du système du butin, et le silence sur les armes associées au mandat de faqih, en échange du silence sur les accords et les pillages systématiques au sein de l’État, est la campagne de l’élection réprimée par l’emploi organisé par la milice, est en fait le projet terroriste de l’Iran pour répandre la sédition et déstabiliser les pays arabes et le chaos comme cela se passe au Liban, en Irak, en Syrie et au Yémen sous prétexte de la révolution de faqih.
Le Hezbollah est « organiquement lié à l’Iran », qui fait partie de son grand projet et de son système, ce dernier ne se soucie pas des élections et non pour ceux qui pleurent, seulement pour travailler à sécuriser Son chemin du Liban à l’Iran en passant par la Syrie, l’Irak est sous le cintre de la Palestine.

Oui, la relation du parti avec la corruption, en tant que relation organique, pas seulement une propagande médiatique, visant à attirer l’attention à l’étranger, ainsi que des accords protégés par le fusil de l’État, tout cela quand Hassan Nasrallah se vante de lutter contre la corruption et de chercher à améliorer l’État, tout en étant allié aux corrompus corrompus dans la région du pays en oubliant qu’il est le seul agent corrompu et irano-sioniste, mais à propos des élections, attendons-nous.