SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

Au Kesrouan, à Maten et à Achrafieh…Le CPL va perdre 5 sièges

Un état de désespoir frappe le chef du Courant patriotique libre (CPL), le député Gebran Bassil, qui se trouve désorienté face à la perte de certains sièges, surtout dans les zones chrétiennes sur lesquelles il parie. Cette situation l’a contraint à s’allier avec son premier ennemi, Nabih Berri. Bassil a été confronté à un grand ressentiment au sein de l’environnement du Courant patriotique libre, et il n’a trouvé d’autre moyen que de parier sur la faible participation des électeurs pour compenser cette perte, et de solliciter l’aide du Hezbollah dans les zones d’influence chiite, pour emprunter des voix afin de pouvoir obtenir quelques sièges.

Selon des sources qui suivent le rythme du mouvement électoral, elles indiquent qu’au Kesrouan, le Courant patriotique libre a remporté 3 sièges aux élections de 2018 en coopération avec Neemat Frem. Aujourd’hui, la situation est différente après le retrait de Frem et de Shamel Roukoz du bloc du Liban fort, et cela signifie que le CPL ne gagnera pas plus d’un siège électoral, ce qui signifie que le CPL a perdu deux sièges au Kesrouan.

Dans le Maten, les sources ont déclaré à Sawt Beirut International, que « La situation actuelle dans le Maten n’est pas très différente de celle du Kesrouan, en raison de la perte des voix de Sarkis Sarkis et des voix de Tashnak, et après que le CPL ait gagné 3 sièges en 2018, à savoir Ibrahim Kanaan et Elias Bou Saab et Eddie Maalouf. Aujourd’hui, le CPL a beaucoup de mal à réitérer cette victoire, et il peut difficilement assurer la victoire de Kanaan et de Bou Saab, ce qui signifie que Maalouf est hors compétition. »

De Kesrouan et de Maten, nous passons à la première circonscription de Beyrouth, car le CPL a 4 députés dans cette circonscription qu’il partage avec le Tashnak, mais aujourd’hui, le CPL a perdu un allié clé, qui est Massoud Ashkar, qui a donné une impulsion à la liste en 2018, et les estimations indiquent que le CPL perdra deux sièges par rapport aux élections de 2018.

Entre Kesrouan, Maten et Achrafieh, le CPL va perdre 5 sièges, ce qui est un chiffre important. Par conséquent, le CPL diffuse délibérément des informations selon lesquelles le peuple est désespéré, le peuple n’a pas la capacité de changer et la révolution n’est pas solidaire, tout cela pour que la participation électorale soit faible, en plus de parier sur les voix de Hezbollah dans les zones chiites pour sécuriser ce que le courant a perdu dans les zones chrétiennes.

    la source :
  • Sawt Beirut International