SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

Bahaa Hariri annonce son programme dans le premier talk-show télévisé

Dans sa première interview télévisée à la veille de l’anniversaire du 14 février, le Cheikh Bahaa Rafik Hariri semblait calme et détendu, confiant dans la possibilité de poursuivre le chemin de son père, le Premier ministre martyr Rafik Hariri. Lorsqu’il a admis l’existence de conflits familiaux, il a refusé d’y entrer par respect pour l’intimité de l’affaire.

Bahaa Hariri, qui était physiquement absent du Liban après le martyre de son père, il semble que le Liban ne perdra pas de vue ses pensées et sa conscience.

Il a également annoncé que l’explosion du port était à la base de son retour et d’une réflexion sérieuse sur l’action politique, expliquant en détail son futur projet et le plan à venir du mouvement « Sawa li Lubnan » et son programme pour les prochaines élections.

Mais ce qui est remarquable, c’est qu’il n’a ni nié ni confirmé s’il mènerait personnellement la prochaine bataille électorale, estimant que l’important était le parcours de Rafic Hariri et l’aboutissement de son projet de mise en sécurité du pays.

Il a appelé l’ensemble du peuple libanais à voter massivement pour qu’un véritable changement ait lieu et qu’il soit mis fin aux accords du système politique actuel.

Il est à noter que Hariri, le fils ainsi que le père, a utilisé le mot libanais « mosaïque », que le martyr avait l’habitude d’utiliser, pour souligner la coexistence libanaise distinctive.

Annonçant que son projet est un projet interconfessionnel à travers le mouvement « Sawa li Lubnan », qui regroupera des personnalités de différentes sectes et sectes.

Soulignant l’importance du rôle chiite modéré dans le mouvement, dont les décisions seront basées sur la choura.

Le discours télévisé de Hariri a également porté sur un point clé, à savoir la confiance dans les institutions de l’État et le travail pour les réactiver. Il a également appelé à la pleine mise en œuvre de l’Accord de Taëf à travers le respect de l’équité. Il a souligné la nécessité de l’indépendance du pouvoir judiciaire et l’éradication de la corruption. Il a estimé que l’instauration de la sécurité est essentielle.

Hariri a révélé les dispositions les plus importantes du programme Sawa pour le Liban liées au système bancaire et à l’audit juri-comptable.

Et à la nécessité de présenter un plan de réforme qui sera le fondement du rétablissement du soutien et de l’assistance au Liban par les frères arabes, la communauté internationale, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, combien le programme a apporté au tourisme, à l’éducation et à la les secteurs de la santé une place importante parmi ses priorités.

Comme si Hariri, dans son énumération du programme du mouvement, rédigeait une déclaration ministérielle, qui était une réponse diplomatique de haut rang à une question sur la possibilité de le nommer à la tête du gouvernement.

Dans son dialogue, le Cheikh Bahaa a également évoqué la position de la communauté sunnite dans le pays, refusant de la marginaliser de quelque manière que ce soit.

Bien qu’il ait décrit la situation au Liban comme dangereuse, il a exprimé sa conviction que les élections auront lieu à temps, ce qui est la base pour ouvrir une nouvelle page et une station pour le changement, par les urnes et non par la violence.

Il a parlé ouvertement de son refus d’établir un dialogue ou une coopération avec le système politique actuel, y compris le Hezbollah.

Il a également réitéré que la détérioration financière et économique à laquelle nous sommes parvenus est causée par le non-paiement du Liban à ses créanciers.

Cheikh Bahaa Hariri, qui entretient des relations arabes et internationales étroites, a souligné l’identité arabe du Liban, qui est membre de la Ligue arabe et fait partie du corps arabe, et a estimé que l’initiative du Golfe récemment transférée par le ministre koweïtien des affaires étrangères au Liban est venu avec le soutien de la communauté internationale dans son ensemble.

Hariri n’a pas oublié de remercier le Royaume d’Arabie saoudite et les pays arabes et du Golfe pour le soutien et l’assistance qu’ils ont apportés au Liban, y compris l’aide aux forces de sécurité et militaires, souhaitant réactiver l’assistance saoudienne à ces forces dans les meilleurs délais.

Hariri, à l’issue de son entretien discret et franc, a fait l’éloge de son représentant politique au Liban, Safi Kalou, qui a confirmé qu’il lui faisait entièrement confiance.

Il a renouvelé son engagement à respecter sa promesse de retourner à Beyrouth dès que des garanties de sécurité lui seraient offertes.

    la source :
  • Sawt Beirut International