SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Bassil est confondu…Une bataille féroce, et « nous ne pouvons pas rester loin du Hezbollah, nous perdrons »

Au fur et à mesure que les élections parlementaires se rapprochent, le chef du Courant patriotique libre, le représentant Gebran Bassil s’inquiète, et peu importe combien le Hezbollah essaie de jouer le rôle de levier dans les zones où il peut tourner ses votes vers le « Courant patriotique libre », il ne fera pas de Bassil un leader chrétien, car il a besoin de la majorité des votes chrétiens pour consolider son leadership dans la rue chrétienne, semblable à ce que le président Michel Aoun avait réalisé, quand il s’est présenté dans le Kesrouan et a remporté de nombreux sièges parlementaires lors des élections précédentes.

Le Hezbollah a essayé de panser les blessures de l’opposition, et de réconcilier le chef du mouvement Marada, Suleiman Franjieh et Bassil, le « Hezbollah » se rend compte que la « jarre s’est brisée » pour toujours, et dès que les élections seront terminées, chaque parti ira à sa barricade, pour tirer sur l’autre car l’échéance de l’élection présidentielle approche.

A cela, des sources de Batroun indiquent que la base électorale de Bassil n’est plus la même que dans le passé. Comme il y a ceux qui ont démissionné et rejoint d’autres partis et groupements révolutionnaires, et cette question a affaibli la popularité de Bassil, d’autant plus que son adversaire traditionnel, le parti des Forces libanaises, a nommé une figure forte qui connaît les faiblesses de Bassil à Batroun et joue bien sur cette corde, et le candidat des Forces libanaises, Ghiath Yazbek, jouit d’une grande popularité et gagne le respect des Batrouns en dehors du cadre des Forces libanaises, et cette force est ce que craint Bassil.

Les sources confirment à « Sawt Beirut International » que « les réunions de Bassil avec les cadres de Tayyar à Batroun sont très tendues. Il y a de la transparence de la part de sa base, qui tient le Courant patriotique libre pour responsable, en raison de son alliance avec le Hezbollah, et demande le démantèlement de cette alliance, mais Bassil confirme à ses cadres : « Nous ne pouvons pas rester à l’écart du Hezbollah, nous perdrons, et nous avons beaucoup perdu en raison de la prise de contrôle du régime, le pouvoir entraîne des pertes, et que diriez-vous si nous démantelions notre alliance avec le Hezbollah ? »

Selon les sources, Bassil insiste sur le fait de resserrer les nerfs de ses cadres à Batroun, car sa perte signifie la perte du Courant patriotique libre, et Bassil souligne devant ses cadres que la bataille est difficile et doit être menée avec prudence et préparation, car « notre adversaire est fort et il y a une guerre féroce contre le Courant patriotique libre, et tout le monde veut nous faire tomber aux élections, et notre perte signifie que l’approche de Michel Aoun est menacée, et nous ne voulons pas cela, vous devez travailler jour et nuit, et il est interdit de perdre une voix, peu importe ce que cela coûte. »