SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 May 2022, Sunday |

Bassil évite Al-Dahieh malgré son importance pour le président Aoun

L’ancien ministre Gebran Bassil arrive et erre dans des zones où ses portes n’ont jamais été ouvertes pour traverser ses arènes, bien qu’il ait eu quelques partisans et dirigeants dans son environnement, que diriez-vous si certains de ceux qui faisaient partie du « mouvement Aounite » non-chrétiens que Bassil comptaient sur eux pour chanter qu’il était une personne non sectaire .

La source a ajouté que Bassil devrait recalculer après avoir essayé de s’imposer sur certaines zones, en particulier Akkar, défiant le sentiment des réfractaires visitant leurs zones fortifiées par la protection des forces de sécurité libanaises et le gilet pare-balles, ce qui est la preuve évidente que sa visite ne récoltera pas les votes des citoyens de cette région dans les urnes, et Bassil a insisté pour prendre la tribune pour s’adresser à ceux qui sont restés attachés à la remorque « courant » dans un train dirigé par le Hezbollah, qui choisit les passagers.
Le chef du courant confirmait que « Des sanctions américaines lui ont été imposées après qu’il ait refusé de rompre les relations avec le Hezbollah » défiant les grandes puissances régionales et une écrasante majorité de Libanais qui veulent limiter les armes à l’establishment de l’armée libanaise après que les armes du parti aient été levées pour judaïser à chaque maturité, que diriez-vous si cela devenait un outil de trahison et d’intimidation pour quiconque s’oppose à son approche.

La source a ajouté: « Pourquoi Bassil évite-t-il de mener des tournées électorales dans Al-Dahieh, qui ont un symbolisme pour, le président Michel Aoun, comme celle qu’il a faite lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères dans un gouvernement intérimaire et a ensuite organisé une tournée d’ambassadeurs accrédités au Liban pour inspecter les sites dont le Premier ministre ennemi Benjamin Netanyahu a parlé aux Nations Unies ».

La source a déclaré que la tentative de Bassil de traverser la Bekaa dans une tentative d’attirer « les sunnites de la résistance » qui sont chargés d’ouvrir la voie à Damas pour faire pression vers les électeurs libanais résidant sur le territoire syrien.

En ce qui concerne le sud, Bassil n’a pas montré son désir de visiter ces zones, qui ont précédemment lancé le slogan du retour des Libanais expulsés et l’ont ensuite remplacé par le projet d’investir les richesses du Liban et d’extraire son pétrole, qui est maintenant l’ennemi proche de son extraction, ce qui a été confirmé par le chef de la délégation technique militaire, l’ancien négociateur, le général de brigade Bassam Yassin, soulignant que le Liban se contente de « soulever les slogans résonnants » et que 3 semaines après les élections et « Israël » va atteindre le champ de Karish et l’équipe de l’alliance n’a pas bougé un doigt après « Le gaz restera enfoui dans nos eaux jusqu’à ce que nous puissions empêcher les Israéliens d’atteindre une goutte d’eau de notre eau », a déclaré Mohammed Raad, un député du Hezbollah.

    la source :
  • Sawt Beirut International