SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Bassil face aux mines qu’il a préparé à Mirna Al-Chalouhi et distribué dans les urnes

Le processus électoral pour le nouveau parlement est terminé mais le processus de calcul de la répartition des sièges parlementaires entre les partis politiques et les forces du changement ne s’est pas arrêté. La seule constante est que lors des élections de 2022, de nombreuses surprises se sont produites, notamment l’exclusion des partis politiques qui gravitent dans l’orbite du régime syrien et sont soumis à l’approche et à la stratégie du « Hezbollah » , qui n’a pas pu l’aider car son choix était étroit, et la priorité était donnée au « Courant patriotique libre » dans certains régions où il pouvait lui donner le surplus. Une grande partie de ces régions se sont abstenues de répondre à « l’appel » après avoir été épuisées socialement et économiquement et après tant de promesses.Il covient de noter que « Beit al-Mal » pour le budget du parti ne déborde plus comme avant, et c’est à peine suffisant pour les familles de ceux qui sont tombés dans la guerre de Syrie, selon une source spéciale pour « Sawt Beirut International ».

Quant au Courant patriotique libre, la source considère qu’il est important de faire une lecture attentive pour calculer le pourcentage de pertes qu’il a subies et de ce qu’il lui reste en raison de la politique qu’il a menée, et qu’il a rendu contraint à s’allier au Mouvement Amal. Concernant l’élection d’un président de la Chambre des représentants, le CPL a deux choix, le meilleur d’entre eux est amer.

La source continue que la perte majeure pour le « courant » sera reçue de l’intérieur de la « composante orange », dont les circonscriptions sont devenues similaires à ce qui est en train d’être préparé pour la « détonation » et sont piégées par des mines qui peuvent exploser par étapes et vont encore fissurer sa structure interne et sa hiérarchie et ébranler certains des piliers dont dépendait le courant dans les finances et les budgets de l’État. Ses fondements ont été ébranlés récemment avec le début de l’annonce des noms des candidats. De Jbeil à Al-Matn et jusqu’à Jezzine, les signes du conflit y sont apparus avant le vote et le résultat a été la perte des candidats.

La source poursuit : « Ces mines ne vont pas seulement exploser de l’intérieur du mouvement, car il y a un certain nombre de candidats de l’extérieurs du « courant » qui ont formé un levier pour le « mouvement aouniste », avec lequel il a récolté le « quotient » au détriment de leurs votes, et leurs sort était de quitter la vie politique. Les propos de l’ancien ministre, Wiam Wahhab, en ont apporté la preuve lorsqu’il a confirmé dans une interview télévisée qu’ils avaient donné au CPL 3 députés « actuels » et 5 au « Hezbollah ». Ainsi, Bassil devra recalculer avec prudence de peur d’exploser ces mines. Aussi, nommer l’élu, Elias Bou Saab, comme vice-président de la Chambre des représentants peut constituer un lot de consolation pour Bassil, mais d’autres mines il n’y a peut-être pas de temps pour les démanteler.