SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Bassil prépare une grande conférence qui révisera en profondeur la constitution

L’obsession de nombreux sites de réseaux sociaux et comptes privés s’est presque unifiée… le compte à rebours jusqu’à la fin du mandat du président Michel Aoun le 31 octobre, et la situation s’est éclaircie sur sa caractérisation, et d’autres ont perdu patience parce qu’ils ont le sentiment que les jours restants sont équivalents aux 6 années qui se sont écoulées, selon les cercles de suivi de ce qui se passe.

Les cercles indiquent qu’en revanche, le Courant Patriotique Libre se prépare politiquement pour la période après la fin du mandat du Président Michel Aoun et son emménagement dans sa nouvelle résidence à Rabieh… Seule constante selon les milieux, ce qui lève le doute avec certitude qu’avant le 31 octobre est différent de ce qui l’a suivi.

Bien qu’il ait été supposé L’occasion en or qui a été donnée au président Michel Aoun et à son dirigeant actuel, le ministre Gebran Bassil, ne rêvait pas que quelqu’un l’ait, mais le compte du champ ne correspondait pas au compte de l’aire de battage, ainsi le président a reçu un état avec ses institutions, ses administrations et ses organes, mais il va, contrairement à ses promesses, remettre des ruines, des restes, un trésor vide et des promesses et des dépôts pillés, ainsi que des promesses au Fonds monétaire, et peut-être un vide fatal qui révèle le pire du mal et même sorti de nulle part….

Et ce qui prouve ce qui a été évoqué précédemment, c’est la cassette vidéo qui circule et dans laquelle le chef de l’actuel, l’ancien ministre Gebran Bassil, détaille tous les dossiers qu’ils n’ont pas terminés, à commencer par leur échec dans le secteur de l’électricité, où l’obscurité ont prévalu et les générateurs ont repris la tâche de l’Electricité du Liban.

Quant aux barrages, il n’y a pas d’embarras car les distorsions dans Ces projets peuvent être vus de première main, le retour des réfugiés syriens, l’extraction de gaz, et d’autres choses, blâmant ceux pour leur « échec », même si le pouvoir et le gouvernement étaient l’apanage d’eux et de leurs alliés.

 

Et les milieux ajoutent que ce qui a été désigné par certains de ceux qui entourent le chef du mouvement jusqu’à aujourd’hui, qu’il y a un ensemble de procédures en préparation qui se résument dans une scène de terrain visant quelque chose comme une reconsidération morale d’Aoun sur Le 31 octobre et pour montrer que sa popularité, malgré tout ce qui a été dit, est toujours la même, et qu’elle suivra son rythme.

Popularité du soir du palais de Baabda à Rabieh avec des slogans en hausse insistant sur la continuation des anciens slogans, mais avec un autre méthodologie de travail basée sur une opposition farouche et un examen des alliances précédentes, dont la première avec le « Mouvement Amal », qui devrait lancer une campagne violente contre lui et le président Berri en particulier, espérant restaurer la popularité chrétienne s’est effondrée, mais l’affaire se heurtera à son jumeau, le « Hezbollah », qui reconsidérera également l’alliance avec lui et apportera des modifications à la relation entre eux.

Mais cette affaire comporte des réserves car elle n’a d’autre allié que les deux, alors que le tir direct sera contre les forces libanaises, sans enregistrer une opposition violente qui visera le président de la République La nouvelle, qu’elle soit indépendante ou affiliée aux forces anti-8-Mars.

Et la nouvelle politique sera accompagnée du drapeau orange qui s’affranchit de ce que la présidence de la république lui a restreint jusqu’à aujourd’hui.

Et les milieux ajoutent que le Représentant Basile prépare une grande conférence en préparation de l’annonce d’un ensemble de postulats et de grands titres qui pourraient affecter en profondeur le dossier de révision et d’amendement de la constitution en termes de renforcement des pouvoirs de la Présidence de la République, sur la base de faire sauter la constitution de Taëf, pensant que ces propositions contribueront à faire flotter le courant issu de l’Alliance est affligé de divers fragments sur le plan chrétien.

Ainsi, le courant d’avant la fin de l’ère actuelle est différent de ce qui vient après lui, et sa politique sera caractérisée par l’acuité qui l’a fait connaître durant la période entre 2005 et 2016, et on considérera qu’il a perdu une bataille mais n’a pas perdu la guerre, et qu’il a été le fer de lance de la lutte contre la corruption, et les premières batailles après l’élection d’un nouveau président pour succéder à Aoun. La bataille du nouveau gouvernement, et ses premiers mots d’ordre face à la mise en service et la rédaction du tiers bloquant et de la représentation chrétienne.

Ici, les cercles posent la question : les chrétiens en particulier, et les libanais en général, pensent-ils qu’avec la fin du mandat du président Aoun, ils se sont débarrassés de la « querellerie » du courant, ou sont-ils face à un nouveau chapitre ? de querelles politiques confessionnelles, sectaires, traditionnelles et régionales qui remontent à la création de l’Etat du Grand Liban ?

    la source :
  • Sawt Beirut International