SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Bassil, Président et Vice-Président du parlememt attendent les résultats du mardi

Dans son discours du « Victoire », le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil s’est adressé à son auditoire en disant : « S’il y a quelqu’un qui pense à tort à nous échanger la présidence du Conseil au nom de la présidence, il a tort et nous sommes autorisés ! « Nous avons essayé la présidence du Conseil, et en ce qui concerne le site, nous connaissions son efficacité dans l’ombre de l’administration existante du conseil. » Il poursuit : « Qu’est-ce qui empêche de donner des opportunités à d’autres dirigés par le Conseil et ses adjoints tant que la résistance et le peuple sont nombreux ? »

 

Le chef du courant a déjà déclaré il y a quelques jours qu' »aucun poste n’est réservé à quiconque dans le courant, et que le courant est celui qui nomme n’importe quel poste », ce qui signifie qu’il n’y a pas de nominations individuelles, et cela s’applique à la nomination du député élu Elias Bou Saab pour le poste de vice président du Conseil, le chef du Courant ’a-t-il le nommé vice-président du Nabih Berri.

 

Certes, la candidature de Bou Saab a été faite par la décision de Bassil, et tout ce qui est dit autrement est une analyse mal placée et une diligence inexacte. Lorsque cette nomination est faite, cela signifie qu’il y a une « entente » entre Ain al-Tineh et Mirna Shaluhi.

 

Dans ce cas, que dira le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil à ses partisans et à son auditoire ? Comment cette « ouverture » au président Berri, qu’il a un jour décrit, par sa voix et son image, comme un « voyou » ?

 

Avant le 31 mai, la date de l’élection d’un président et d’un vice-président et le corps du bureau du Conseil, ne seront pas comme après, jusqu’à preuve du contraire, Le président Nabih Berri est le président pour la septième fois à la présidence du Conseil, et le député élu Elias Bou Saab comme son adjoint, et lié à cette évolution, il convient de rappeler que l’ancien vice-président du Conseil, Elie Ferzli, a perdu en retenant les votes du couple Hezbollah-Amal, ce qui l’a empêché de revenir au séminaire parlementaire et d’être vice-président, mais il semble que la « cuisine » était sous un feu tranquille depuis le jour du scrutin du 15 mai : Elias

 

Il semble que la « complicité d’Ain Al-Tineh-Mirna » ait commencé à partir du moment où Farsali est tombé.

 

Quant au « pôle invisible » que le Hezbollah a simulé entre le mouvement et l’actuel, qui a su les rassembler en plus d’une liste aux élections, capable de réunir le président Berri et son nouveau « député » en une seule photo à Ain Al-Teena, et mardi prochain sur la place d’al-Nejmenh

    la source :
  • Sawt Beirut International