SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Bassil rassemble des sièges grâce au « Hezbollah » et à ses alliés 1/2

Le Hezbollah travaille dur pour assurer une majorité au nouveau parlement, en particulier pour son allié, le Courant patriotique libre, pour le maintenir dans la « protection » chrétienne, ce qui lui permet de continuer à contrôler le sort du Liban et ses politiques financière, judiciaire et étrangère , même si les personnalités gagnantes sont des non-chrétiens qui étaient l’ancien ministre Gebran Bassil se vante d’avoir un grand consensus chrétien…

Aujourd’hui, Bassil abdique dans un cercle et se durcit dans un autre… Il abandonne le peuple puissant du « Mouvement patriotique libre » pour survivre et diriger un grand bloc interrégional, mais il a commencé à payer un lourd tribut.

Lui et son « Mouvement patriotique libre » ne sont plus attractifs et font l’objet de marchandages, comme c’était le cas auparavant dans le quartier Chouf-Aley.

A Baabda, le député Alain Aoun mènera seul la bataille aouniste, même si la liste de la circonscription est complétée par deux noms maronites, car la colère du député Hikmat Deeb fera son effet, même si les électeurs n’ont pas voté pour lui en 2018. Cette perte conduira Bassil de deux sièges importants à Baabda, au fief des aounistes et à l’endroit où le président de la République, Michel Aoun, est bridé car les deux sièges chiites, s’ils se résolvent en faveur du duo « Hezbollah » et Le « Mouvement Amal » fait partie du « Loyauté au Bloc de la Résistance ».

Quant au sud, plus précisément dans le district de Jezzine, la bataille est une fois pour le Courant patriotique libre, qui ne pourra pas se sortir de ses problèmes en raison de l’absence d’accord entre les candidats du mouvement, Ziad Aswad et Amal Abu Zeid, devenu victime des calculs basiliens.

Peut-être le message audio de ce dernier, dans lequel il décrit le premier comme « non mentionné » et restera au sein du « Cours patriotique libre », tandis qu’Aswad a répondu par un autre message, estimant qu’il n’était pas concerné par cela, et qu’Abu Zeid était le celui qui « a mal évalué ses mouvements et ses actions ».

Cela a incité le Palais républicain à intervenir, car de nombreuses tentatives ont été faites pour le dissuader de cette décision et la fumée blanche est sortie et il est revenu de sa réticence, mais la rupture qui s’est produite ne peut pas être guérie et la bataille qu’ils mèneront ensemble est devenue clair qu’il portera une figure « Aouniste ».

Toutes ces choses profiteront au candidat au siège maronite, Ibrahim Azar, qui est soutenu par le président du Parlement libanais, Nabih Berri, qui ne peut pas l’abandonner pour plusieurs raisons, dont la plus importante est que sa perte de ce siège est une perte morale avant d’être numérique, en plus de la fragmentation des alliances antérieures qui se sont tissées par le « Courant National » à Sidon, et la perte d’un des handicapés maronites est une réalité qu’il faut accepter .

Quant au Matn du nord, il sera aussi la base d’une lutte.Vous perdrez le Courant patriotique libre, l’un des trois sièges où il s’assure, d’autant plus que les candidats ne sont pas d’accord.

Les grues du Hezbollah ne peuvent pas les sauver, et même ceux qui ont rejoint les listes du mouvement en 2018 et ont été épuisés financièrement, leurs votes ne seront pas gaspillés en faveur du Mouvement syrien libre, après que leurs machines aient été utilisées.

Constatant que les résultats des candidats actuels aux élections précédentes n’étaient pas à la hauteur de leurs rêves, et que l’audience « actuelle » ne sera pas le seul levier car elle est devenue maigre, et le « Parti Tashnaq » est revenu au château de feu Michel Murr, accompagné du « Parti social-nationaliste syrien », lui aussi en état de fragmentation, les récoltes dont bénéficie à juste titre le courant sont menacées de recul et risquent de ne pas parvenir jusqu’aux moissonneurs.

    la source :
  • Sawt Beirut International