SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Bassil rassemble des sièges grâce au « Hezbollah » et à ses alliés 2/2

Le Hezbollah s’efforce d’obtenir une majorité au sein du nouveau parlement, notamment pour son allié, le Courant patriotique libre (CPL), afin de continuer à faire partie de la force chrétienne qui lui permettrait de continuer à contrôler le destin du Liban et ses politiques financière, judiciaire et étrangère, même si les personnalités gagnantes sont des non-chrétiens, alors que le ministre Gebran Bassil se vantait d’avoir un grand consensus chrétien.

Aujourd’hui, Bassil abandonne certains membres éminents du CPL afin de survivre, et cela s’applique à de nombreux districts, y compris le Kesrouan, où les alliances qu’il a établies avec des hommes d’affaires tels que le député Neemat Frem et des familles politiques commencent à se dégrader (après la victoire de l’équipe de Aoun dirigée par le président Michel Aoun par les cinq sièges maronites au Kesrouan et à Jbeil aussi), aujourd’hui, l’ancienne ministre Nada Al-Bustani pourrait avoir la chance de gagner un siège au Parlement, malgré la difficulté de la bataille et la multiplicité des listes. Le Hezbollah cherche par tous les moyens d’intimidation et d’incitation à ne pas perdre le siège chiite que plusieurs personnalités chiites modérées se disputent, et ces personnalités chiites refusent d’être dominées par le Hezbollah.

Quant à Batroun, la ville de Bassil, et malgré le nombre d’emplois qu’il a offert aux habitants de sa ville au ministère de l’énergie, qui l’a dominée pendant 10 ans, soit directement lorsqu’il était ministre, soit par l’intermédiaire de ses conseillers qui l’ont dirigée en tant que représentants du CPL et ont produit plus de 40 milliards de dollars de dettes…Malgré ces services, Bassil risque de perdre dans sa ville face à des candidats ayant des origines historiques, dont certaines sont liées à l’héritage politique et d’autres au symbolisme de la région pour un parti chrétien.

Tripoli sera insoumis non seulement au CPL, mais aussi à tous ceux qui ont essayé de le qualifier avec le terme « terrorisme », tandis qu’à Zgharta, le CPL sera en difficulté, suite au départ de Michel Moawad du CPL, et aussi la présence de différences entre Bassil et l’ancien ministre Suleiman Franjieh à cause de la compétition pour le siège de la présidence de la république. Les interventions du régime syrien et du « Hezbollah » en même temps pour les réunir (Bassil et Franjieh) dans une seule liste n’ont pas réussi, donc la bataille ne sera pas facile pour les deux adversaires présidentiels avec la dispersion des voix des alliés du Hezbollah.

Toutes ces questions resteront en suspens jusqu’à la date des élections législatives, car les partis au pouvoir tentent de faire échouer cette élection, notamment en ce qui concerne le vote des expatriés, qui restera soumis aux formations diplomatiques qui ne se sont pas encore réalisées, et si ces formations seront réalisées dans quelques semaines, elles ne peuvent pas prendre en charge la gestion du processus électoral dans ce délai record.

    la source :
  • Sawt Beirut International