SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 October 2022, Saturday |

Bassil se dirige vers le Plan B… et l’histoire est loin du « Megacenter »

Ce n’est pas un hasard si le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, présente maintenant le dossier du « Megacenter », tel qu’il était prévu à l’avance, et il poursuit un plan qu’il a mis en place pour gâcher les élections législatives. Non, mais les choses sont plus loin et plus grandes que le fichier électoral.

Des sources ministérielles confirment au site « Sawt Beirut International », que Bassil mène une campagne systématique préparée à l’avance dans les couloirs de Mirna Al-Shalouhi, qui vise à maintenir le président Michel Aoun à la présidence. Et il est parfaitement conscient que le dossier du mégacentre ne passera pas, mais il veut une porte par laquelle il puisse prolonger à Aoun.

Dans ce contexte, des sources particulières indiquent à notre site, qu’après une série de rencontres tenues entre Bassil et ses proches, qui sont des personnalités en qualité de conseillers qui élaborent les plans politiques du Pacte et du Courant Patriotique Libre, il leur est devenu clair que les élections n’amèneront pas Bassil à la présidence de la république pour deux raisons principales, la première étant les sanctions américaines imposées à Bassil, qui constituent un obstacle à sa carrière présidentielle, et la deuxième raison est la conviction absolue de Bassil que son allié du Hezbollah ne l’a pas suivi dans son cheminement vers le palais de Baabda, car le Hezbollah ne veut plus d’un président comme Michel Aoun, mais cherche plutôt une personnalité plus petite capable de gérer les affaires du Hezbollah.

En d’autres termes, un personnage qui ne bénéficie pas d’une représentation parlementaire significative et qui est satisfait des gains que le parti donne, contrairement à Bassil, qui veut des prix élevés en échange de la couverture des armes du parti.

Selon les sources, selon ces données disponibles, la décision a été prise à l’intérieur des murs fermés d’Al-Shalouhi, de passer au plan B, qui est de faire échouer la réalisation des élections par le biais du piège Megacenter, et de prolonger à la Chambre des Représentants et le Président de la République, pour franchir le pas et réparer les dégâts infligés au Covenant et à son mouvement.

Si Aoun reste à Baabda, Bassil reste dans l’axe de négociation et lui donne la carte Baabda à travers laquelle il peut négocier afin d’imposer les conditions qu’il juge appropriées à ses intérêts, tout comme Aoun veut garantir son gendre dans la boueux après la fin de son mandat présidentiel.