SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2021, Friday |

Bassil… s’empresse-t-il d’ouvrir la bataille électorale, ou est-il clair dès le début?

Le nouveau ministre du Tourisme, Walid Nassar, ne sera pas bon pour le président de la Commission parlementaire de la jeunesse et des sports, le représentant Simon Abi Ramia. Ce dernier est venu rivaliser avec lui:

Simon Abi Ramia, est originaire de la région d’Ahmej, dans le district de Jbeil, et Walid Nassar est originaire de Byblos.

L’idée qu’un habitant de Byblos vienne comme ministre du Tourisme dans la ville du « Tourisme » signifie qu’il prendra la part d’Abi Ramia aux prochaines élections.

Cela s’est produit non seulement avec Simon Abi Ramia, mais aussi avec son compagnon, l’avocat Wadih Aqel, le membre du Conseil politique, du Mouvement patriotique libre, et de la région de Shamat dans le district de Byblos.

Wadih Akl, a un intérêt dans les dossiers, à commencer par le dossier du casino, jusqu’au dossier de l’aéroport.A une époque où il se préoccupait du dossier « roulette casino », le ministre venait de Byblos sous le nom de « roulette russe ».

La tension entre Abi Ramia et Aql ne s’est pas calmée.

À une occasion, il a attaqué Aqel, le soi-disant Abi Ramia, à cause de l’asphalte de ce dernier sur la route de Jbeil, et Aqel a tweeté:

« Vous aviez pour devoir de retenir les ministres qui ont pillé l’argent pendant des années… et de ne pas vous occuper de la route et de dire au citoyen: « J’ai travaillé !  »

Abi Ramia n’a pas tardé à répondre à Aqel et a écrit: « La dégénérescence de certains derrière une célébrité populiste vide nous pousse parfois à clarifier sans être de leur niveau. »

Ce débat, qui n’a pas de fond, ne s’intéresse qu’à prendre part au nom du ministère ou du ministère.

Et si les deux débatteurs nient ce fond, alors le chef du mouvement, Gebran Bassil, en l’occurrence, ne réussira pas à présenter les lettres de créance, et c’est recommandé par le Président de la République, alors il a travaillé sur le choix du ministère, Walid Nassar.

La sélection de Bassil ne se limitera pas au siège ministériel, mais il ne désignera pas le député Abi Ramia lors des prochaines élections, mais choisira Tariq Sadiq, de Tartej.

Ceci malgré le fait qu’Abi Ramia a devancé le désir de Bassil et a annoncé qu’il se présenterait aux élections de 2022.

Et c’était lors d’un déjeuner chez lui à Ehmej, où il a réuni un certain nombre de professionnels des médias, « afin que le message soit transmis plus rapidement à Laqlouq, Al-Bayada et Mirna Shalouhi ».

Le ciblage ne s’est pas limité au district de Jbeil, mais a également atteint le district d’Al-Matn.

La sélection de l’ancien ambassadeur Abdullah Bou Habib, de la ville de Roumieh, comme ministre des Affaires étrangères, est un message surtout pour le parti Kataeb.

Le nouveau chef de la diplomatie a été ambassadeur du Liban à Washington à l’époque du président Amin Gemayel, et il y est resté jusqu’en 1990, date à laquelle il est devenu proche du général Michel Aoun.

Des gens du Metn disent que le président Amin Gemayel n’a pas choisi de ministre maronite du nord du Metn tout au long de son règne.

Alors qu’Aoun et Bassil l’ont fait, ils ont choisi le Maronite du Matn, le fils de l’environnement du Parti Kataeb, Abdullah Bou Habib, bien que Bu Habib ait une position stricte sur le Hezbollah.

Même dans l’une de ses interviews à la presse, il n’a pas hésité à dire: « Hassan Nasrallah est le véritable et réel président du Liban ».

Entre Nassar et Bou habib, il semble que le chef du Mouvement patriotique libre a choisi de commencer à jouer, à son profit, car les élections approchent, s’empresse-t-il d’ouvrir la bataille électorale? Ou voulait-il être clair et décisif «dès le début»?