SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Bassil…Une série de schizophrénie et de paranoïa

Entre les efforts d’autoritarisme et la recherche du contrôle, Gebran Bassil est dans un état de déni de la réalité libanaise, suggérant qu’il veut « réécrire l’histoire » dans le pays, dans lequel domine une situation catastrophique, une corruption et une schizophrénie politique.

Le Courant de fausses victoires

À l’annonce des résultats des élections libanaises, Bassil a affirmé que l’axe américano-israélien avait lancé une campagne électorale contre lui à grands renforts de fonds, et il a appelé, lors d’une cérémonie organisée à Biel, à « former un nouveau gouvernement le plus rapidement possible et à laisser les élections présidentielles venir en leur temps et selon les circonstances, sans qu’ il y ait de conflit politique ». Il a également ajouté à la liste des illusions sa « victoire » aux élections législatives, félicitant ses partisans pour leur « héroïsme » et s’excusant pour la « guerre mondiale » à laquelle ils ont été soumis et dans laquelle seuls les héros pouvaient tenir.

Il n’y a pas plus grave qu’un idiot, sauf un idiot arrogant

Peut-être que Gebran Bassil est le plus grand exemple de mégalomanie, il ne se gêne pas de célébrer sa victoire d’un projet qui ne respecte pas la souveraineté et l’indépendance du Liban, et se renforce par les armes. Bassil a perdu complètement à Jezzine, et sans les voix des électeurs chiites, il aurait chuté de manière retentissante dans le Kesrouan, à Jbeil, et sa situation politique à Batroun aurait décliné, et sans quelques voix à Zgharta et Koura, il perdrait, et sans la voix des chiites, il n’aurait pas obtenu un représentant à Baabda.

Peut-être Bassil a-t-il oublié que sans l’erreur de l’ancien président Saad Hariri et ses célèbres déclarations « Votez pour mon ami Gebran », il n’aurait pas été le (ancien) président du plus grand bloc parlementaire.

Le destin de ce pays, est presque perdu à cause de la mégalomanie de ses dirigeants, alors que la vie des Libanais s’effondre jour après jour, et que le pays souffre de crises financières, de chômage et de pauvreté, et Bassil est toujours dans un état de délire de persécution, et d’intrigue cosmique, en plus d’être mégalomane.

Comme si Gebran Bassil n’était pas au courant de la situation actuelle, comme s’il ne voyait pas les gens chercher du pain et ne pas en trouver, chercher des médicaments et ne pas en trouver, chercher leur argent dans les banques et ne pas en trouver, et le pire c’est qu’il célèbre avec insolence sa perte éclatante ?

    la source :
  • Sawt Beirut International