SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 October 2021, Tuesday |

Bitar traverse les risques de menace et émet un mandat d’arrêt contre Ali Hassan Khalil

Ni les menaces qu’il a reçues du chef de l’unité de sécurité et de l’association du Hezbollah,Wafiq Safa, ni les menaces claires proférées par le secrétaire général du parti, M. Hassan Nasrallah, dans son discours d’hier soir, et ni les pressions politiques n’ont pas fonctionné pour intimider l’enquêteur médico-légal dans l’affaire de l’explosion du port de Beyrouth, le juge Tarek Bitar, et l’ont dissuadé de poursuivre ses enquêtes et ses procédures, comme en témoigne l’émission aujourd’hui d’un mandat d’arrêt par contumace contre l’ancien ministre et député Ali Hassan Khalil, à la suite de l’omission de ce dernier de se présenter devant lui et de se soumettre à la soumission, pour interrogatoire en tant que défendeur.

À la suite d’une audience tenue par Bitar à 10:00.m. consacrée à l’interrogatoire de Khalil, qui ne s’est pas présenté en personne, mais auquel ont assisté son avocat Mohamed Al-Maghrabi et les procureurs personnels, au cours de l’audience, le Marocain a demandé un délai pour présenter des défenses formelles et des documents, mais l’enquêteur médico-légal a rejeté ces demandes et a émis un mandat d’arrêt par contumace, pour meurtre, tentative de meurtre, incendie criminel et blessures, négligence et intention probable qui a conduit au meurtre.

Dès la fin de l’audience, le greffier de la Cour civile de cassation est entré et a informé le juge Bitar de la nouvelle action en réponse intentée contre lui par les agents de Khalil et le député Ghazi Zaiter, qui nécessitait la suspension de l’enquête et la suspension de toutes les audiences jusqu’à ce que la Cour civile de cassation, dirigée par le juge Naji Eid, décide d’accepter cette affaire et d’arrêter Bitar, ou de le rejeter et d’achever les procédures d’enquête.