SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Comment Bassil peut-il accuser les autres de collaborer avec Israël ?!

Avec une certaine naïveté, et sans respect pour l’esprit et la mémoire du citoyen, le chef du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil, est apparu lors de deux rassemblements électoraux pour annoncer que « quiconque vote pour les Forces libanaises, vote pour Israël et ses alliés régionaux ».

La position de Bassil est venue en réponse à la position du chef du parti des Forces libanaises, Samir Geagea, qui a déclaré que quiconque vote pour le Courant patriotique libre vote aussi pour le Hezbollah.

Bassil partage cette accusation avec son allié le Hezbollah, qui accuse ses adversaires de collaborer avec Israël, avec une « simple » différence, qui est que le CPL ne peut accuser personne de collaboration avec Israël, en raison des données suivantes :

Le chef du CPL, et dans une des interviews avec la station Al-Mayadeen, n’a pas hésité à dire : « Pour nous, nous n’avons pas de problème idéologique avec Israël, et nous ne refusons pas qu’Israël existe, et il a le droit d’avoir la sécurité. »

Le Hezbollah ne reconnaît pas l’existence d’Israël, tandis que son allié Gebran Bassil affirme : « Nous ne refusons pas qu’Israël existe, et il a le droit d’avoir la sécurité ».

La collaboration avec Israël a été réalisée par un dirigeant du Courant patriotique libre, le général à la retraite de l’armée libanaise, Fayez Karam, dont il est prouvé qu’il a traité avec Israël de 1982 à 2010, et il occupait un poste important dans l’armée libanaise en tant que « chef du service de contre-espionnage », et le tribunal militaire l’a condamné à trois ans de prison.

Le général Karam était l’une des personnalités appartenant au petit groupe proche du général Aoun, et il est revenu avec lui dans le même avion de son exil parisien, et s’est présenté aux élections législatives dans sa ville de Zgharta.

Lorsque le Courant patriotique libre a un tel bilan d’accusations et de suspicions concernant les relations avec Israël ou son droit à l’existence et à la sécurité, comment peut-il trouver assez de « logique » pour accuser les autres de collaborer avec Israël ?

    la source :
  • Sawt Beirut International