SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

D’Anjar à Haret Hreik… le lieu et la référence ont changé seulement

La nouvelle dit:« La direction centrale du parti socialiste arabe Baas au Liban a publié la déclaration suivante:

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a reçu le secrétaire général du parti Baas socialiste arabe, le camarade Ali Youssef Hijazi.

Au cours de la rencontre, qui a duré plus de trois heures, les derniers développements sur la scène libanaise ont été présentés, dont le dossier des prochaines élections législatives.

La nouvelle est passée ».

Pour ceux qui se souviennent de la période de tutelle syrienne, quand Anjar était le centre du « chef du service de sécurité et de reconnaissance des forces arabes syriennes », la nouvelle était la suivante:

« Le général de division Ghazi Kanaan a reçu l’ancien candidat (…) et au cours de la rencontre, qui a duré plus de trois heures, les derniers développements sur la scène libanaise ont été présentés, y compris le dossier des prochaines élections législatives ».

Rien n’a changé: la référence était à Anjar, donc elle est devenue à Haret Hreik, soit à l’endroit où réside le secrétaire général du Hezbollah. Le général de division Kanaan avait l’habitude de dire au candidat:​​« Soyez un député », et il serait un député. Aujourd’hui, Nasrallah dit au candidat: ​​« Sois », et il est. Seuls la référence et le lieu de référence ont changé.

La décision a été prise d’exclure Ali Youssef Hijazi de la liste du Hezbollah à Baalbek-Hermel.Sa « visite » à Nasrallah était une compensation morale car le parti, et la Syrie, préféraient le « Major Jamil » au « Camarade Ali ».
Parlez-nous de démocratie autant que vous voulez.

Les circonstances de l’exclusion de Hijazi, avec les circonstances et les béliers qui l’accompagnent, ont commencé à Baalbek-Hermel et ont atteint Damas.

Bien que les combats aient été syriens par excellence, entre les proches du président syrien, jusqu’à l’adhésion, la décision syrienne a « approuvé » le général de division al-Sayyid et exclu Ali Hijazi, et le contexte de la décision syrienne n’a pas besoin d’être décodé, car la coopération entre le régime syrien et le général de division al-Sayyid n’est pas « nouvelle », comme c’est le cas avec Ali Hegazi.

Le général de division Al-Sayyid coordonne avec le régime syrien depuis quarante ans, depuis qu’il était en charge du renseignement de l’armée libanaise dans la Bekaa, et il a poursuivi un temps avec le président Hrawi avant de devenir chef adjoint du renseignement, puis avec Président Lahoud comme directeur général de la sécurité publique, et il était le lien entre le Pacte et le régime syrien.

Tous ces « services » qu’Ali Hijazi ne peut pas annuler, même s’il devient le secrétaire général du parti arabe socialiste Baath au Liban. Le général de division al-Sayyid lui est supérieur en ancienneté et en « services ».