SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 May 2022, Wednesday |

De 11 milliards de dollars… À un « mécanisme financier pour la continuité des services publics »

C’est le dernier « gaspillage d’opportunités par la classe politique et l’autorité dirigeante, et les conséquences du gaspillage d’opportunités sont la perte de 11 milliards de dollars, qui auraient été alloués au Liban, et le contenu des miettes d’un « mécanisme financier pour la poursuite des services publics ».

Comment ça?

Le président Français Emmanuel Macron dit qu’il « travaille avec des partenaires internationaux pour établir un mécanisme financier afin d’assurer la continuité des services publics libanais clés ».

Que cela signifie-t-il?

Selon Français sources diplomatiques, cela signifie répondre aux principaux besoins des questions logistiques dans les ministères libanais et les administrations de l’État, et ces besoins sont le minimum pour mener des affaires: papeterie avec ses papiers, stylos, traitement des imprimantes et éventuellement générateurs.

Français sources continuent : Arriver à la tête d’un pays étranger pour parler de ces « détails », que les Libanais appellent normalement « prose », cela reflète le terrible niveau d’effondrement.

Pour rappeler ceux qui ont été trahis par la mémoire, le président Macron est venu au Liban après l’explosion du port ou l’attentat à la bombe, il y a 10 mois, et a parlé d’une conférence pour aider le Liban, entre prêts et dons, jusqu’à 11 milliards de dollars, mais la condition nécessaire et contraignante pour cette conférence et cette aide, est la formation d’un « gouvernement important » pour mettre en place des réformes dans les six mois.

Macron est retourné au Liban et n’a vu aucun progrès de la part de l’autorité existante et de la classe politique, en se concentrant sur la société civile et le mouvement de la révolution, dans un message clair aux politiciens, mais il n’a néanmoins pas coupé un cheveu avec eux et fixé une nouvelle date pour une troisième visite qui serait « fixée » et le gouvernement aurait été formé.

La date était à la mi-décembre, et le gouvernement serait un « cadeau de vacances » pour les Libanais.

Mais deux travailleurs ont annulé la « troisième visite fixe »: la blessure de Macron à l’épidémie de Corona et l’absence de progrès de la classe politique dans la formation du gouvernement.

Français colère a augmenté, et le chef de la diplomatie Français, Jean-Yves Le Drian, a utilisé des expressions « non diplomatiques » pour décrire la classe politique libanaise, afin qu’elle puisse se retirer de son intransigeance, mais même « l’humiliation » ne l’a pas fait reculer d’un pouce de cette intransigeance. Il a agité des pénalités qui n’ont pas rebondi.

A ce stade, selon des sources diplomatiques au fait de l’ambiance Français, les cercles du palais de l’Elysée ont pris la décision de s’adresser directement à ceux qu’ils veulent aider sans passer par les instances officielles, selon des sources officielles, la décision était de « travailler avec des partenaires internationaux pour établir un mécanisme financier afin d’assurer la continuité des principaux services publics libanais ».

Le mouvement Français, toujours selon des sources diplomatiques, se fera à deux niveaux :

Le niveau de l’administration libanaise.

L’armée libanaise, à laquelle Paris tiendra une conférence le 17 de ce mois, est jeudi prochain pour étudier ses besoins et discuter des moyens de les fournir.

Ainsi, 10 mois après l’initiative Français et la promesse de 11 milliards de dollars, la promesse de fournir des services à la fois aux administrations et à l’armée n’aurait pas eu lieu, n’y avait pas eu l’indifférence officielle libanaise qui s’élève au niveau du « crime d’abandon du peuple ».