SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

De fortes divergences entre les dirigeants du mouvement Amal dans le sud

Des désaccords ont lieu entre les cadres du mouvement «Amal» dans plus d’une ville du sud sur la prise en charge des affaires dans les régions.

Le président Nabih Berri passera la fête d’Aïd al-Fitr dans sa maison d’Al-Msayleh, et il recevra des délégations qui se disputent sur plusieurs sujets dont ce qui se déroulent dans la ville de Qana.

Le leader du mouvement craint que ces différences ne se répercutent sur la participation de ses bases dans les pays, et que les candidats « Amal » obtiennent un faible pourcentage de votes préférentiels par rapport à au « Hezbollah ».

Les cadres du mouvement accusent l’assistant politique de Berri, le député Ali Hassan Khalil, et le responsable de la sécurité, Ahmed Baalbaki, de contrôler le mouvement et sa décision et trouvent que cela a incité ses dirigeants à cesser de participer à la gestion des affaires des bases du mouvement dans les villes du sud.

Des militants de Tyr lui reprochent de n’être représenté par aucun député depuis le départ du député Ali Al-Khalil, oncle de l’actuel ministre des Finances, Youssef Al-Khalil.

Et Berri a indiqué dans ses séances à huis clos que la poursuite de ces différences affectera négativement la participation du mouvement et de ses partisans aux élections du 15 mai.

Devant un groupe restreint, selon les informations de « Sawt Beirut International », il admet ces problèmes, et à son avis, après un examen qu’il a mené, il aurait mieux valu remplacer le plus grand nombre de membres du bloc du « Développement et Libération  » et de ne pas nommer de représentants ayant participé à plus d’une session sachant que les sudistes du mouvement et d’autres ont exigé d’être remplacés par de nouveaux visages.

L’échec de la nomination du député de Nabatiyeh, Yassine Jaber, et sa réticence ont laissé une vague de mécontentement car Berri l’a remplacé par l’homme d’affaires Nasser Jaber, qui a des relations avec le fils de Berri, « Bassel ». Et Khalaf Jaber, l’un des principaux hommes d’affaires chiites d’Afrique, assurera les dépenses électorales.

Les électeurs de Bint Jbeil s’opposent également au remplacement du député Ali Bazzi par Achraf Baydoun.

Des chiites informés précisent qu’il n’y a aucune crainte que le parti et le mouvement puissent obtenir les 27 sièges chiites, mais la différence sera grande entre les représentants des deux partis, dont les représentants du Hezbollah ont reçu le plus grand nombre d’électeurs chiites dans le sud et dans d’autres districts de Beyrouth II, du Mont-Liban et de la Bekaa.

Et l’un des problèmes qui inquiète le mouvement est que le « Hezbollah » accorde de ses votes préférentiels aux candidats aounistes.

    la source :
  • Sawt Beirut International