SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

De Mohammed Khalifa à Yassin Jaber… Le Hezbollah punit ses détracteurs

De WikiLeaks au Club House… Amal est sous le contrôle du Hezbollah, qui renverse ses ministres et ses députés un par un.
Le député Yasin Jaber, dans sa participation à une discussion sur le « Club House », a parlé de la futilité de l’importation d’essence d’Iran et a critiqué la tendance vers l’est.

« Les deux idées », se déplaçant vers l’est et important de l’essence d’Iran, lancées par Hassan Nasrallah dans deux discours distincts, critiquant les deux idées de l’un des piliers du bloc de développement et de libération et l’autre proche du président Nabih Berri, ont incité le public du Hezbollah à critiquer sévèrement le député Jaber, dans un reflet de l’espoir de la direction du parti de sa part, et il y a des informations selon lesquelles le Hezbollah se déplace pour mettre Vito sur la réélection du député Jaber aux élections parlementaires prévues en mai prochain, le président Berri respecte-t-il les conditions du parti?

Un précédent similaire a été créé par un ministre d’amal, l’ancien ministre de la Santé Mohammed Jawad Khalifa.

Un document de WikiLeaks publié en 2011 parlait du contenu d’une réunion entre le ministre Khalifa et l’ambassadeur américain de l’époque, Jeffrey Feltman, citant Khalifa comme disant à l’ambassadeur Feltman que « le président Nabih Berri a trompé le Hezbollah et qu’il est en désaccord avec le secrétaire général du parti Hassan Nasrallah, qui « se pense plus grand que Saladin, et plus grand que nous tous ».

Khalifa a déclaré à Feltman que « Berri et Nasrallah sont en désaccord », selon le document.

Le contenu de ce document a conduit à la destitution du Dr Khalifa de toute formation ultérieure du cabinet après que le Hezbollah ait mis Vito sur le re-cabinet.

Les vetos du Hezbollah sur les députés et les ministres du mouvement « Amal » ciblent les personnes très proches du président Berri, le député Yassin Jaber jouit de sa confiance et est le président de la commission des affaires étrangères à la Chambre des représentants, et l’ancien ministre de la Santé Mohammed Jawad Khalifa est professeur à l’Université américaine et à ses médecins, mais il semble que le Hezbollah ne s’arrête pas à ces considérations parce que la priorité pour lui est la loyauté absolue et de ne pas critiquer sous peine d’éliminer les critiques de la vie politique même s’ils sont de la vie politique Alliés et amal en particulier.

Même le parti n’hésite pas à écarter ceux qui vont par « obéissance » aux mots qu’il a autorisés, l’ancien député Nawaf al-Mussawi n’est-il pas sorti de sous le dôme du parlement, l’une des raisons de la récente « démission » ou lui demander de démissionner qu’il a dit lors d’une des sessions parlementaires générales que « le président Michel Aoun est arrivé avec le fusil de la résistance au palais de Baabda »?

Le Hezbollah commence-t-il à réduire le président Berri ? A-t-il pris la décision de remanier les journaux dans l’environnement chiite en vue des élections législatives de mai? Comment le président Berri réagira-t-il en essayant de l’« adapter » ?