SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Des sources politiques: Le retour de Bahaa Hariri est devenu plus que nécessaire

La communauté sunnite a décidé de ne pas boycotter les prochaines élections législatives, dont le Premier ministre Najib Mikati a confirmé qu’elles se tiendront à la date prévue le 15 mai.

Il est également certain que l’écho de l’expansion du Premier ministre Saad Hariri et son mouvement, de son travail en politique et sa participation aux élections, a commencé à s’estomper moins d’une semaine avant cette annonce.

Les forces politiques, avec toutes leurs composantes et diversité, y compris la secte sunnite, ont surmonté cette affaire et ont commencé à tracer les traits d’une nouvelle phase d’action politique, qui émergera, petit à petit, dans les prochains jours.

Selon des sources politiques, la secte sunnite ne peut se limiter à une personne, un courant ou un parti, car c’est une nation centenaire.

Elle s’est caractérisée par sa modération et son patriotisme. Il n’est pas possible que la scène politique libanaise soit complète sans participation et sans prise de décision.

Les sources ont considéré que tout ce qui circule sur le fait de contrecarrer ou de boycotter les élections n’existe pas dans le dictionnaire de cette secte, ce qui a été confirmé par les références religieuses et politiques sunnites de haut niveau.

De là, les sources estiment à « Sawt Beirut International » que la page des réticences de Saad Hariri a été fermée pour des raisons que lui seul connaît et est le seul autorisé à en parler.

La plus grande preuve en est l’absence de toute position arabe ou internationale sur cette réticence, à l’exception du timide discours français venu en réponse à une question à ce sujet.

Les sources soulignent que maintenant, nous devons regarder vers l’avenir, et ce qu’il pourrait apporter au Liban d’un projet national exprimé par Cheikh Bahaa Hariri, dans le message qu’il a clairement adressé aux Libanais.

Où il a souligné le travail pour mener à bien le projet de son père martyr, le projet national arabe modéré non sectaire, et dans ce message, l’aîné Hariri a attiré l’attention sur la nécessité de ne pas vider la société libanaise de la plus grande composante religieuse du pays.

Les sources de Beyrouth ont salué les propos de Cheikh Bahaa à propos de son retour à Beyrouth et l’ont appelé à revenir dès que possible pour s’engager dans un travail politique et révéler les noms de ses candidats aux prochaines élections.

D’autant plus que ses sources ont déclaré à plusieurs reprises leur refus de s’allier à l’un des piliers du système politique actuel qui a participé ou a été une raison pour amener le pays à ses crises et conditions économiques et sociales sans précédent.

Les sources estiment également que la présence de Bahaa Hariri au Liban aujourd’hui est devenue plus que nécessaire afin d’être en contact avec la base populaire et d’être à l’écoute de ses nombreuses revendications et préoccupations.

Aussi, afin de préserver le projet du père, Hariri, qui a été combattu par divers moyens de la part de nombreux partis bien connus.

Les sources ont indiqué que même si l’apparition télévisée de Hariri était courte, elle était expressive, car elle mettait les points sur les lettres de la crise.

Les sources s’attendent à ce que Cheikh Bahaa ait un programme de changement politique qui corrigera et tracera une nouvelle étape, étant donné que la région dans son ensemble arrive sur une nouvelle carte politique.

Les sources ont souligné que l’image des alliances politiques et des listes électorales devrait se préciser à la mi-février, un mois avant la clôture de la fenêtre de nomination.

Par conséquent, les sources exigent que les noms des candidats « Sawa Li Lubnan » soient divulgués dès que possible.

    la source :
  • Sawt Beirut International