SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Entre le discours au Vatican et le sommet de Sharm el-Sheikh

Le président de la République, le général Michel Aoun, déclare : « La résistance se poursuivra tant qu’il y aura des terres syriennes et libanaises occupées. »

Ces paroles prononcées depuis le Vatican ont coïncidé avec la visite du président syrien Bachar Al-Assad aux Émirats arabes unis, où il a rencontré les dirigeants de ce pays. Le lendemain de cette visite, un sommet s’est tenu à Charm el-Cheikh, auquel participaient le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi, le prince héritier des EAU, le cheikh Mohammed bin Zayed, et le Premier ministre israélien.

Y a-t-il un lien entre l’ « événement » du Vatican et celui de Sharm el-Sheikh ? Il n’y a certainement aucun lien, mais pourquoi le président Aoun parle-t-il de « libérer les terres syriennes » alors que le président syrien a rencontré le prince héritier émirati la veille de la rencontre de ce dernier avec le Premier ministre israélien ?

Tant que le président Aoun dirige les négociations sur la démarcation de la frontière entre le Liban et Israël, pourquoi n’achève-t-il pas sa mission et ne demande-t-il pas des négociations avec la Syrie : soit pour placer les fermes de Chebaa sous souveraineté libanaise, et nous pourrons alors parler de « la nécessité de libérer les fermes de Chebaa », soit pour les maintenir sous souveraineté syrienne, et alors il n’est plus question de terres libanaises occupées et il n’y a plus de rôle pour la soi-disant « résistance ».

Le temps est venu de cesser d’utiliser les fermes de Chebaa comme une « raison » pour justifier la résistance. Soit ces fermes sont libanaises, et il faut pour cela que la Syrie remette les cartes qui le prouvent, soit elles sont syriennes, et la Syrie doit présenter les cartes qui le prouvent. Quant à les garder telles quelles, c’est pour continuer à « les utiliser comme une raison pour la résistance », et pour que le président Aoun dise ce qu’il a dit au Vatican que des terres syriennes et libanaises sont occupées.

    la source :
  • Sawt Beirut International