SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Exploration en 2023 et les préparatifs en voie d’achèvement

L’année 2023 devrait voir le début effectif du processus d’exploration en mer du Liban, coïncidant avec la prolongation de l’ouverture du cycle de licences jusqu’au 30 juin pour attirer les sociétés étrangères à travailler sur les huit blocs restants pour bénéficier de leurs stocks.

En ce qui concerne les derniers développements et préparatifs pour le début du processus d’exploration, des sources concernées au ministère de l’Énergie révèlent à «  Sawt Beirut International » que les procédures finales et les arrangements requis pour la société qatarienne, qui entrera dans le « consortium » avant le 21 janvier, sont en cours d’achèvement, de sorte que sa part sera de 30%, en plus de la société française « Total », qui est de 35%, et de la société italienne « Eni ».

Les sources confirment que le business plan de Total est prêt et que le processus de forage débutera au plus tard au dernier trimestre 2023, dans l’attente de la découverte de la plate-forme et de la préparation par la société des cathéters destinés à les placer sur les fonds marins.

Les sources soulignent que tous les préparatifs battent leur plein, car l’équipe spécialisée de « Total » augmentera ses effectifs et sera présente pour travailler en février prochain.

Les sources confirment que la décision de Total a été prise de faire du port de Beyrouth un point de départ et un siège pour les services logistiques et de confier toutes les questions liées au processus de forage.

Les sources espèrent trouver de grandes quantités de gaz à bénéficier localement, en particulier dans les centrales électriques, et soulignent l’importance d’attirer de nouvelles entreprises spécialisées, y compris des sociétés américaines telles que « Chevron » et « ExxonMobil », qui opèrent actuellement à Chypre, et il est logique qu’elles aient la possibilité et l’intérêt de travailler au Liban.

Comme les sources considèrent que les procédures de forage nécessitent une longue série de préparations, de réunions et d’étapes préalables, elles ont souligné que des échantillons ont été prélevés au fond de la mer pour connaître l’impact environnemental et déterminer les lieux de forage, soulignant que le mécanisme naturel des procédures évolue rapidement.

Les sources regrettent que le Liban ait perdu beaucoup de temps avant de remettre le dossier sur la bonne voie, sachant que l’Autorité du secteur pétrolier a été nommée il y a plus de dix ans, et considèrent que la vacance présidentielle qui a duré de longues périodes et les divergences politiques ont eu un impact négatif sur la question, à un moment où Israël travaille à la préparation du forage depuis quinze ans.

Sur la question de savoir si la récente attaque contre la force irlandaise opérant au sein de la FINUL aura un impact négatif sur l’entrée de sociétés étrangères au Liban, les sources disent: « On sait que les sociétés d’exploration opèrent dans un grand nombre de pays considérés comme malhonnêtes et que leur situation est plus difficile que la situation au Liban, et que le travail des sociétés sera en mer et qu’il n’y a donc aucune crainte pour leur sécurité et celle de leurs travailleurs, et ces sociétés mènent des études de sécurité avant de commencer tout investissement dans un pays. En sécurisant ses intérêts en matière de sécurité.

Par conséquent, le pari reste sur les secrets cachés de la mer du Liban et sur la façon d’en tirer profit sous le contrôle d’une classe politique corrompue qui poursuit ses intérêts, laissant le pays et son peuple noyés dans une mer de crises illimitées.

    la source :
  • Sawt Beirut International