SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Haniyeh et la profanation de la souveraineté libanaise…

« Comment les chameaux viennent-ils? » Avec cette phrase, l’un des vétérans de la question palestinienne s’est adressé au chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, qui a tiré ses missiles verbaux et ses menaces contre l’ennemi israélien depuis une plateforme dans laquelle il est considéré comme invité et ne peut être associé à ses décisions, qui est une république avec des frontières géographiques.La souveraineté et les institutions officielles constituent un État internationalement reconnu qui n’est pas sanctionné par le « mouvement Hamas », qui s’est séparé des factions palestiniennes qui lui étaient affiliées. Après avoir été soumis à l’obéissance au début de la « révolution syrienne » et de la guerre menée par le régime et ses alliés contre les Palestiniens, le camp de Yarmouk, qui comprend plus d’un million et demi de réfugiés palestiniens, a été détruit et rendu inhabitable, ainsi que les pertes que certaines factions palestiniennes fidèles au régime syrien ont participé à la liquidation de beaucoup d’entre elles tandis que les « militants de l’Etat islamique » qui ont réussi à pénétrer dans le camp ont été transportés par des bus climatisés vers la vallée de Yarmouk dans le sud-ouest de la Syrie.

 

La source a ajouté, rappelant le massacre de Haniyeh sur les hauteurs du Golan en 2011 quand Ahmed Jibril et Tarek al-Khodra ont décidé de se déplacer de Yarmouk au Golan sous le titre de « Marche du retour » et ont pris d’assaut la ligne de cessez-le-feu à l’est de Majdal Shams et le massacre a eu lieu après que le régime syrien les a laissés comme un « troupeau de moutons » sous le feu ennemi israélien. Elle a confirmé sa rencontre avec un général ennemi israélien et un général russe à la base russe de Hmeimim en décembre 2020.

 

De retour au Liban, la source a souligné que le peuple libanais, à l’exception de ceux qui sont dans le mandat de faqih, affirme catégoriquement que la décision de guerre et de paix est entre les mains de l’État libanais et que personne ne peut la considérer comme une plate-forme pour lancer des positions qui n’ont pas été appliquées sur le terrain parce que la bataille de « Saif al-Quds » a été menée par le seul peuple palestinien et « les 150 missiles qui détruiront l’occupation en moins de 5 minutes » attendent toujours l’heure zéro fixée à Qom car elle est soumise aux conditions de Téhéran lorsqu’elle appelle besoin d’extraire son accord nucléaire de la mort clinique.

 

La source conclut que la brigade a été créée au nom de la Palestine et de Jérusalem il y a des décennies et peut-être la « branche palestinienne » du renseignement syrien, la preuve la plus importante que sa mission était d’arrêter et de tuer les Syriens et les Libanais et tous ceux qui s’opposent à l’orientation de l’axe de la résistance qui n’ont rien déplacé pour libérer les territoires occupés du Golan vers la Palestine et aujourd’hui le champ « Karish » qui sera la grande affaire et la question qui se pose qui le signera et pour qui souffre le peuple libanais sous le joug de la faim, de la pauvreté et de la migration.

 

 

 

    la source :
  • Sawt Beirut International