SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2021, Sunday |

Je ne suis pas parmi les chrétiens de Nasrallah

Je suis d’une génération qui a vécu la guerre et vécu l’époque de l’occupation du Liban par le régime syrien. Le Liban est un pays de diversité et de coexistence menacé par chaque occupation. Le Liban, qui vit de temps en temps une nouvelle occupation, et à chaque occupation,nous constatons que les fils de la patrie accueillent les occupations pour imposer leurs projets.

Je n’ai jamais pensé que je vivrais sous occupation interne, et me sentirais menacé par une équipe soi-disant libanaise.Cependant,aujourd’hui, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a voulu que les Libanais, et j’en fais partie, choisissent entre vivre sous sa tutelle ou vivre en dhimmi. Et la peur du Hezbollah selon la régle du député Alain Aoun.

En tant que Libanais, et surtout en tant que Chrétien, je dois remercier Nasrallah d’être en vie, car il m’a permis de vivre en paix après le retrait israélien du Liban.

Nasrallah veut que les chrétiens s’adaptent à son occupation du Liban et vivent en tant que chrétiens du Mouvement Patriotique Libre.Sinon, il y a 100 000 combattants au-dessus qui sont prêts à ce que nous quittions cette terre, selon Nasrallah bien sûr.

Le secrétaire du Hezbollah n’a pas réalisé qu’il y a des gens libres au Liban et des chrétiens, musulmans et druzes qui rejettent l’humiliation et veulent vivre sous l’autorité de l’État.Cet État, violé par son parti, qui a menacé ses institutions en les rendant soumises aux projets de Téhéran.

Nasrallah,celui qui a affronté le régime syrien et ses crimes, n’a pas peur de ses partisans. Et soit sur que vos 100 000 combattants ne sont rien en échange de notre liberté et de notre vie digne.

Peu importe à quel point tu es puissant, le jour de la république indépendante approche.Et votre arme aura disparu, peu importe le nombre de raids que vous effectuerez vers des zones sûres et leur peuple libre.Et peu importe combien vous levez le doigt, il n’atteindra pas le ciel, et il ne s’élèvera pas au-dessus de la voix de la vérité et de la justice. Notre justice non pas votre justice qui est basée sur l’échelle de vos intérêts.

Nous sommes les gardiens de la révolution, la révolution qui ne s’est pas arrêtée depuis votre investiture comme gouverneur du Liban.Des gardiens, pas comme les gardiens de la révolution iraniens fictifs, qui n’ont rien à voir avec le sens de la révolution.

Nous sommes les propriétaires de cette terre et les propriétaires du droit. Nous sommes le peuple de Beyrouth, du Mont Liban, du Nord, de la Bekaa et du Sud. Nous sommes le peuple de la terre qui rejette votre occupation.Nous n’accepterons pas, et nous ne vivrons pas sous l’autorité des responsable du sang des martyrs de la Révolution du Cèdre et des opposants chiites dont le sang a été versé.