SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

La chute du pays dans la loi de la jungle

Chaque jour, la situation s’aggrave, les crises menacent gravement la paix sociale et l’on annonce une situation pire.

La scène d’aujourd’hui constitue un avertissement dangereux, et c’est un modèle qui peut être généralisé si la réalité économique continue de reculer.

Un citoyen a arrêté les employés d’une banque à Jeb Jannine et a menacé de brûler cette banque avec de l’essence s’il ne recevait pas son argent en raison d’un secteur bancaire au Liban qui connaît un état de faillite complet malgré le refus de la Banque centrale de reconnaître cette faillite. Oui, le Liban, pays libre et indépendant, proclame avec détermination la dissolution de l’État et le règne de la loi de la jungle, et la survie reste pour le plus fort.

L’idée de descendre dans la rue ne se limite plus à un message de rejet, mais aussi à une tentative permanente d’imposer un changement de rapport de force face aux patrons de banques et à leurs acolytes dans le système libanais.

Après que les banques ont volé les dépôts des citoyens au Liban et après que les déposants en ont eu assez de récupérer leurs économies et n’ont pas trouvé un système judiciaire honnête qui leur rendrait justice.

Un des déposants menaça et brûla la banque, ‘au cas où il ne lui donnerait pas son acompte, et après négociation, il a obtenu son acompte qui était gardé à la banque, donc ce qui a été pris de force ne peut être récupéré que de force!

L’impasse politique continue dans le pays à la lumière d’une crise économique étouffante, de l’effondrement de la monnaie locale et d’un secteur bancaire en faillite, ce qui détériore davantage la situation de vie des Libanais.

La dernière scène sera répétée par les Libanais, et la prise d’otage dans la banque par un homme armé jusqu’à ce que ce dernier libère son dépôt retenu de 50 000 $, un message très dangereux sur lequel les banques devraient se pencher.

Le dirigeant des banques a réussi à distraire les détenteurs de droits avec des circulaires, des projets de loi et des promesses vides, mais le droit sera pris, même après un certain temps.

L’effondrement total de l’Etat s’ajoute à la chute du pays dans le la loi de la jungle.

Ils appliquent leur loi comme ils l’entendent, et ne tiennent compte ni d’un citoyen, ni d’une constitution, ni d’une loi.

Alors qu’aucun de ceux qui se considèrent comme responsables ne se donne la peine de réfléchir à la manière de mettre fin à l’humiliation dans laquelle vivent les Libanais, à cause de la pauvreté, de la pénurie et de la faim.

Et l’équation est qu’un citoyen est perdant dans tous les cas, alors pour combien de temps?