SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

La communauté internationale ne reconnaîtra que la légitimité de la constitution

Alors que d’éminentes sources diplomatiques à Beyrouth craignent que le Liban tombe dans le chaos économique après le blocage politique, et prévoient qu’il s’ensuive un chaos sécuritaire qui compromet la stabilité, le président de la République fait des déclarations ambiguës sur la date de la fin de son mandat et sur ce qu’il fera le 31 octobre, ce qui pose de nombreuses questions de la part de nombreux ambassadeurs des principaux pays accrédités au Liban, malgré le fait que le Liban a reçu une position décisive il y a plusieurs semaines de la part de parties extérieures selon laquelle il existe un consensus international pour que le président ne reste pas une minute dans le palais de Baabda après la fin de son mandat.

Les sources notent que la constitution empêche le président de rester en fonction après la fin de son mandat. L’article 379 du code pénal parle de rébellion contre l’autorité, et cela s’applique au maintien du président dans ses fonctions après que son mandat soit terminé.

Les sources ont indiqué que les pays attendent le 31 octobre, date à laquelle ils ne reconnaîtront que la légitimité de la constitution et aucune autre légitimité. Il existe un accord américano-français pour ne pas permettre au Liban de tomber en tant qu’État et de se transformer en un État défaillant et en un fardeau pour le monde. Derrière le comportement du président se cache quelqu’un qui veut voir le chaos au Liban, ainsi qu’en Syrie, en Irak et au Yémen. Dans ces pays, les gens souffrent du chaos constitutionnel et du chaos sécuritaire, économique et politique.

Les sources indiquent que la souffrance quotidienne de ces populations a affecté la situation humanitaire, car il n’y a pas d’électricité, pas d’eau, pas de salaires importants, pas d’hôpitaux, pas d’écoles sauf celles qui reçoivent des subventions extérieures pour continuer, et pas d’universités jusqu’à ce que la situation aboutisse à l’absence du secteur bancaire. C’est le système du chaos et de l’appauvrissement qui fonctionne dans le cadre du système de corruption et de pillage, qui a commencé par le pillage de l’État et qui conduit maintenant au pillage des citoyens, les humiliant et leur faisant perdre le sens de la vie. Et tout cela se passe sous prétexte que la société n’a pas besoin de tous ces éléments.

Ce qui est important, c’est que l’Iran est le seul à profiter de la situation, qui le fait trébucher sur le programme nucléaire, afin de maintenir le prétexte de la résistance armée qui menace l’intérieur avec ses armes, et permettre le maintien de son influence là où elle se trouve, pour utiliser la situation comme des cartes dans les négociations avec les pays occidentaux.

    la source :
  • Sawt Beirut International