SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

La crise libano-golfe est sur le point de s’intensifier… pour libérer le Liban de l’Iran

La crise libano-golfe se développe et les choses se dirigent vers une nouvelle escalade en raison de « l’imprudence » du ministre de l’Information, qui est affilié au régime actuel, Georges Kordahi.

Les tentatives pour persuader Qardahi de démissionner ont échoué et elles se font attendre depuis longtemps et ne donnent aucun signe positif concernant les relations avec l’Arabie saoudite, car le problème est plus important que la démission et plus dangereux que les déclarations du ministre.

Dans ce contexte, des sources du Golfe indiquent à « Sawt Beirut International » que la crise diplomatique avec le Liban n’a pas commencé avec les déclarations insultantes et erronées de Qardahi contre le Royaume d’Arabie saoudite.

Elle est due aux cumuls pratiqués par les forces affiliées à l’axe iranien au Liban, dirigées par le Hezbollah.

Les sources ajoutent que le Hezbollah a tenté à plusieurs reprises, sur ordre de Téhéran, d’inonder l’Arabie saoudite de pilules narcotiques, et nous n’avons vu aucune mesure prise par l’État libanais pour le dissuader, ce qui confirme que l’État au Liban est complètement subordonné à Hezbollah.

Les sources ont estimé que le Liban est occupé intérieurement par le Hezbollah, qui cherche à mettre en œuvre l’agenda de l’Iran au Moyen-Orient.

C’est malheureux, pour le Liban de devenir dans les bras iraniens, car cela apportera plus de crises au Liban, et perturbera ses relations avec les pays arabes et du Golfe.

Les sources confirment que la crise se dirige vers une nouvelle escalade, et le message que les Etats du Conseil de coopération du Golfe entendent faire passer au Liban est que le Liban doit prendre les mesures nécessaires, afin de le libérer de l’emprise iranienne, et le rendre à la Etreinte arabe, lieu naturel du Liban et de son peuple.

Les sources espéraient que les partis souverains au Liban et son peuple libre se soulèveraient contre cet axe, qui veut du mal pour le Liban, et qui le conduit vers la destruction et l’effondrement, comme l’Irak, le Yémen et la Syrie.

Elle a souligné que le Liban ne se relèvera pas sans l’aide des pays amis du Golfe et des pays arabes.

D’autant qu’il traverse une crise économique étouffante, et une instabilité de la livre libanaise, mais malheureusement, l’aide ne viendra pas des pays arabes cette fois, à moins que la politique libanaise envers l’Arabie saoudite et le Golfe arabe n’ait changé.

Les sources ont confirmé que l’Arabie saoudite, avec les États du Golfe, fait la différence entre l’autorité au pouvoir au Liban et le peuple libanais, qui n’a rien à voir avec la mauvaise politique de son gouvernement.