SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

La « Danse politique » et la souffrance des citoyens

Dans l’émission « Qui gagnera le million » dans ses versions étrangère et arabe, le candidat a le droit de contacter un ami dans un délai de 30 secondes pour répondre à une question.

Malheureusement, certains politiciens au Liban ont transformé le processus de formation d’un gouvernement en un « jeu », sachant que le peuple n’est pas « d’humeur divertissante ».

Le début était avec le secrétaire général du Hezbollah, qui a suggéré l’aide d’un ami, le président Nabih Berri. Le chef du Mouvement patriotique libre, Gibran Bassil, a échoué à cet usage en deux étapes : la première a été de critiquer l’envoyé du président Berri auprès de « Al-Bayada », l’ancien ministre Ali Hassan Khalil, où se tenaient les réunions chez Bassil, en raison de la « fuite de l’invitation » à le remplacer par un autre négociateur, et cette tentative a échoué.
Et Basil est passé au «plan B» après l’échec.

Mais ce qui a manqué au chef du Mouvement Patriotique Libre, c’est de savoir comment contacter un ami, comment contacter Nasrallah ?
Le chef du mouvement se rend compte que sa demande n’est qu’une offre et non une solution, et se rend compte que le duo Amal-Hezbollah est « plus précieux » que l’accord de Marmkhael entre le Hezbollah et le Mouvement patriotique libre.

Par conséquent, ce « partage » ou cette « intelligence » ne conduira pas à la formation du gouvernement.

Qu’est-ce que tout cela veut dire?

C’est tourner dans un cercle vicieux :

Bassil se rend compte que le Hezbollah n’abandonnera pas le président Nabih Berri, alors pourquoi, alors, cette proposition était mort-née avant sa création ? Et pourquoi jouer dans le temps perdu ?

Dans une information privée pour « Sawt Beirut International », il est dit qu' »il y a un accord non déclaré entre les parties auteurs », car aucune d’entre elles ne lui convient pour former un gouvernement à l’heure actuelle.

Toute formation du gouvernement aujourd’hui le mettra face à l’opinion publique, et ainsi, conduira à sa perte populaire. Quant à ses piliers, ils sont en mesure d’attendre le droit des élections législatives, qui sont attendues en mai prochain.

Par conséquent, suivent les sources d’information de « Sawt Beirut International », la « situation qui convient » à la classe politique est de maintenir la situation telle qu’elle est.