SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 October 2022, Friday |

La diplomatie de Abdallah Bou Habib ne correspond pas à la stratégie du Hezbollah

Tout ce que le ministre des Affaires étrangères Abdullah Bou Habib a fait, c’est qu’il a « dénoncé l’invasion des terres ukrainiennes par la Russie », alors les portes de l’enfer lui ont été ouvertes par les alliés, de sorte que celui qui l’a nommé pour prendre en charge le ministère des Affaires étrangères, à son tour, a renié sa position.

La déclaration du ministre Habib disait:« Le Liban condamne l’invasion du territoire ukrainien et appelle la Russie à cesser immédiatement les opérations militaires et à en retirer ses forces et à revenir à la logique du dialogue et de la négociation comme moyen idéal de résoudre le conflit existant d’une manière qui préserve la souveraineté, la sécurité et les préoccupations des deux parties et contribue à épargner aux peuples des deux pays, du continent européen et du monde les tragédies et les afflictions des guerres ».

Non seulement il y a eu une réponse du Hezbollah, mais le mouvement Amal en est arrivé au point où il a voulu apprendre la constitution au ministre Bou Habib.

Il est étrange de prendre conscience de certaines dispositions de la constitution, qui sont appropriées, et d’omettre des articles qui ne sont pas appropriés, mais quoi qu’il en soit, ce qui a été publié révèle que la politique étrangère du Liban est l’une des politiques décidées par le Hezbollah et mis en œuvre par le ministre en place.

L’« erreur » commise par le ministre Abdullah Bu Habib est que sa déclaration a été publiée à l’insu du Hezbollah, et c’est une « violation » qui a appelé cette campagne contre lui.

Pour se rafraîchir la mémoire, c’est le Hezbollah qui a « suspendu » les séances du Conseil des ministres, lorsqu’il a exigé un changement d’enquêteur judiciaire dans l’affaire de l’attentat au port. Aujourd’hui, il exige de « changer » la déclaration du ministre des Affaires étrangères: de quelle décision parlez-vous ? De quelle diplomatie indépendante vous vantez-vous?

Ce n’est pas une « mouffette journalistique » de dire qu’il n’y a pas de diplomatie indépendante au Liban, mais plutôt que le Hezbollah domine la politique étrangère du Liban, et chaque fois que le Liban essaie d’apparaître comme « maître de lui-même », jusqu’à ce qu’il reçoive un « coup » ça lui rappelle qu’il n’a pas le droit d’être comme ça.

Si nous examinons les noms des ministres qui ont pris le portefeuille des affaires étrangères, au moins depuis « l’accord de Doha » en 2008, nous constaterons qu’ils tournent tous autour du Hezbollah, à l’exception de Nassif Hitti, qui a démissionné parce qu’apparemment, il ne pouvait pas coexister avec l’environnement diplomatique qui prévalait.Pour rappel, le ministre Même lui ne s’est pas rendu au palais de Baabda et a remis sa démission au président de la République.

Le ministre Abdallah Bou Habib est un ancien chef de file de la diplomatie, puisqu’il a été ambassadeur du Liban à Washington à l’époque du président Amin Gemayel, et a continué lorsque le général Aoun a été nommé chef du gouvernement militaire, et est revenu à la tête de la diplomatie libanaise sous la désignation du général Aoun et du chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil.

Abdullah Bou Habib était l’un des membres de la « Cellule du samedi », que le général Michel Aoun rencontrait tous les samedis à Rabieh, avant d’être élu président de la République, et c’est cette association qui l’a recommandé pour être ministre des Affaires étrangères.

Avec tout cet attachement au président Aoun et à l’actuel dirigeant, Gibran Bassil, le Hezbollah ne l’a pas pardonné.

    la source :
  • Sawt Beirut International