SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

La fonction de veto continuera-t-elle après les élections malgré les attentes de changement?

Plus le temps s’écoule du processus des élections législatives, plus des questions se posent sur les dates des réformes, et si l’une d’entre elles sera accomplie avant ou après cette échéance.

Cependant, des sources diplomatiques ayant une connaissance approfondie des contacts libano-internationaux confirment que beaucoup de choses sont liées à la réalisation des réformes, et cette question est exclue dans la phase pré-électorale, ce qui inquiète les Libanais.

Les sources ont indiqué à « Sawt Beirut International » que l’approbation américaine d’attirer du gaz égyptien pour fournir de l’électricité au Liban, et de transporter de l’électricité jordanienne dans le même but, et à travers la Syrie, est une approbation préliminaire.

Quant à l’approbation finale, elle est liée au financement par la Banque mondiale de cette étape, ainsi qu’à son financement du processus de réforme. Le financement de la Banque mondiale est lié à de véritables réformes. Mais avant les élections, il n’y a pas de réformes, et personne n’est responsable des décisions économiques douloureuses des citoyens. Par conséquent, les réformes sont reportées après les élections législatives. Je veux dire, jusqu’à cette date, il n’y aura pas d’électricité sans l’approvisionnement en gaz égyptien et en électricité jordanienne.

Mais les sources se demandent, qu’est-ce qui garantit que tout ce processus aura lieu après les élections législatives, est-ce garanti? Il peut être garanti si un gouvernement est formé immédiatement, mais si la formation du gouvernement est entravée, pour des raisons liées aux résultats des élections ou pour toute autre raison que les obstructionnistes n’aiment pas, le processus de réforme restera gelé, car le gardien gouvernement, qui obéira au gouvernement actuel après les élections, ne pourra pas mener à bien ces réformes. Notant que la Banque mondiale préfère traiter avec un gouvernement ordinaire et non avec un gouvernement intérimaire.

Tout le processus de réforme semble lié au résultat des élections: l’image de la représentation chrétienne va-t-elle changer après les élections ? Il est clair que le « Hezbollah » soutiendra le Courant patriotique libre afin que le parti « Forces libanaises » ne devienne pas plus fort que le Courant patriotique libre après les élections, selon les sources.

Par conséquent, si la scène au Parlement change, il y a un danger pour le changement attendu dans la façon dont le gouvernement est formé, surtout si la taille des forces libanaises augmente, en plus de la victoire de la société civile, en conjonction avec le déclin de la taille du Mouvement patriotique libre. La question est donc de savoir comment le gouvernement sera formé dans une telle situation, et à partir de qui?

Et comment le président Michel Aoun abordera-t-il les nouvelles dimensions parlementaires concernant la question de la formation d’un nouveau gouvernement? Traitera-t-il de manière réaliste, ou avec un parti pris complet en faveur de son mouvement aouniste, alors qu’il tient dans sa main le document de « veto » obstructif sur la formation du gouvernement et l’attribution de ses tâches au gouvernement?

Ensuite, en cas d’obstruction, le Liban aura un gouvernement intérimaire jusqu’à la tenue des élections présidentielles. Mais la question qui s’impose ici, la situation économique et politique peut-elle aussi supporter une nouvelle attente pour faire place à la voie du sauvetage? Et quelle sera la position du dollar américain par rapport à la monnaie nationale à ce stade?

Les sources confirment qu’il existe des doutes quant à la facilitation de la tâche de former un gouvernement immédiatement après les élections, et que le parti qui a attribué à Aoun le document d’obstruction ne peut pas le retirer de sa main s’il constate que l’obstruction sert son agenda régional.