SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

La « loyauté à la Résistance » aux dépens des gens : l’Iran ou l’Enfer ?

Alors que le citoyen vit une crise historique à tous les niveaux de la vie, où sa cause principale et ses répercussions sont l’hégémonie de la milice du Hezbollah sur la décision nationale, un membre du bloc « Loyauté à la Résistance », le député Hassan Fadlallah, est apparu lors d’une réunion de « discours populaire » dans la ville méridionale de Sultaniya afin que le segment libanais y soit fasciné par un roman basé sur une « illusion » qui relève de « Si ce n’était pas pour le Hezbollah. Est-ce que cela fonctionne toujours? »

Fadlallah a souligné que « sans la présence du Hezbollah, nous aurions vu l’ampleur des effets catastrophiques et des répercussions sur les citoyens beaucoup plus grande qu’elle ne l’est aujourd’hui, parce que le parti  » présumé  » existe parmi le peuple sur les plans social, économique, de la vie et du service avec toutes ses capacités, et il essaie toujours d’alléger les fardeaux, ignorant que ce que nous avons atteint aujourd’hui de « destruction existentielle » a été causé par la rivalité iranienne et la couverture de la corruption par Hassan Nasrallah par l’intermédiaire de ses représentants en échange de ses accords et de négociations à la satisfaction de son tuteur iranien.

En plus de son discours ci-dessus, Fadlallah a exhorté à travailler sur le plan de réforme du gouvernement par le biais d’échanges iraniens et de traiter avec la République perse « économiquement » pour améliorer la situation libanaise, comme si l’Iran était le « Mahdi attendu » selon les représentants du Hezbollah, et à façonner la situation actuelle pour servir l’Iran et pousser le Liban à accepter ce qui les étouffe. Alors, le peuple affligé tombera-t-il dans les filets du dirigeant iranien, Ali Khamenei ?

Ce que certains Libanais et sa faction chiite ne réalisent pas, ou ne veulent pas réaliser, c’est que le danger iranien est équivalent au danger de l’ennemi israélien, tout comme l’agression iranienne a transformé le Liban, le pays des cèdres, en un État conflictuel, méprisé par ses frères arabes, et le pire est encore à venir.

Quant à la milice du Hezbollah, elle combat dans la région au nom de l’Iran et mène des opérations militaires et de renseignement. Et l’Iran a fait du Liban un centre de gestion de ses batailles régionales et internationales, en s’emparant de la décision stratégique de l’État libanais.

Forcer l’absence de l’État, le fait tomber dans l’emprise d’un projet pas comme les autres projets, un projet qui affecte l’idée et l’entité du Liban, et abolit le Liban tel que le public l’a connu, depuis la création de l’État du Grand Liban, car il détruit toutes les caractéristiques du pays qui a été fondé sur l’état de citoyenneté parmi les chrétiens, les musulmans et le reste des sectes, avec une identité qui dépasse les religions et les sectes; identité nationale.

L’Iran, par l’intermédiaire de son bras, le Hezbollah, facilitateur et participant à la corruption, s’engage, par le biais d’actions hostiles contre d’autres pays qui rejettent les plans terroristes de Khamenei, quelles que soient les conséquences de ces actions et la façon dont les intérêts du Liban seront affectés négativement.

Le Liban est la proie des milices du Hezbollah, et le Hezbollah est devenu une réalité difficile à changer, et le statut du Liban en tant que terre iranienne occupée présage « l’enfer » dont le président Michel Aoun, le premier allié du Hezbollah, a parlé. Cette occupation est la première raison des souffrances libanaises, et la présence du Hezbollah en tant qu’armée iranienne au Liban est considérée comme dévastatrice. L’Iran n’est pas intéressé par l’établissement du Liban en tant qu’État économique prospère, et le Hezbollah n’est pas véridique dans ses affirmations.

Les députés du Hezbollah, ou comme ils s’appellent eux-mêmes « Loyauté à la Résistance », ne savent peut-être pas qu’une grande partie du peuple libanais se rend compte que le recours à l’Iran pour le cours de la reprise économique, comme ils le prétendent, est un plan bien pensé pour étendre l’influence perse dans la région. Un film avec Hassan Nasrallah, le soldat du Hezbollah et représentant de l’Iran au Liban, où la victime est un peuple entier jeté en enfer.

    la source :
  • Sawt Beirut International