SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2022, Saturday |

La médiation américaine dans le dossier démarcation est-elle menacée de s’arrêter?

Lorsque l’ambassadrice américaine Dorothy Shea a porté un message du médiateur américain dans le dossier de la démarcation des frontières maritimes méridionales concernant la proposition américaine concernant les frontières proposées, la partie américaine a demandé une lettre de réponse écrite du Liban. Par conséquent, il a été décidé de former un comité pour étudier le message américain et y apporter une réponse. Et la proposition américaine ne semblait pas acceptable pour le duo chiite.

Des sources présidentielles disent à « Sawt Beirut International », qu’il n’y a pas encore de réponse du duo chiite sur la participation au comité. Seul le président du Parlement, Nabih Berri, déclare ne pas vouloir être représenté au sein de la commission. Et le Hezbollah dit qu’il n’interfère pas. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de signe négatif clair de participation au comité.

Les parties n’ont pas encore convenu de la commission. Mais si le duo voulait rester à l’écart, ce ne serait pas facile, car au Liban on part du principe qu’il doit y avoir une large participation aux décisions fatidiques, et qu’aucun parti politique ne doit être absent.

Les sources ont déclaré qu’il y avait des contacts en cours pour régler la situation. Bien que ce qui s’est passé jusqu’à présent, il ne faut pas le condéderer négative. Il y a deux possibilités: Soit le comité sera formé pour représenter tout le monde, et sa tâche sera de faire des observations sur la proposition de Hochstein, et à la lumière des observations, il discutera de ce que le Liban peut rapporter au médiateur américain.

Quant à la deuxième possibilité, c’est que le duo chiite ne soit pas représenté au sein du comité, et ainsi le président de la République et le Premier ministre Najib Mikati étudieront la situation, en concertation avec le président Berri, qui a également reçu le message américain.

Les sources du président Berri ont déclaré à « Sawt Beirut International » que l’accord-cadre est la référence en la matière, et cela a été inclus dans la position de Berri suite à la visite de Hochstein à Beyrouth directement.

L’accord-cadre prévoit que les négociations soient menées sous l’égide des Nations unies et limitent le mouvement du médiateur américain à jouer uniquement le rôle de facilitateur. Mais la mission d’Hochstein dépasse le rôle de facilitateur pour imposer une solution fondée sur une volonté américaine d’accélérer la fermeture de ce dossier.

Des diplomates bien informés estiment que la position du duo chiite et, avant lui, la position du représentant Mohammad Raad, et certains représentants du parti au cours des derniers jours, avec des plafonds élevés, qu’elle peut ralentir les progrès des négociations de démarcation. Ces diplomates n’excluent pas que les nouvelles positions du parti soient parallèles à une augmentation des demandes d’Iran en négociant avec les Américains à Vienne sur le programme nucléaire, avec l’impact de la guerre de la Russie sur l’Ukraine.

Il semble que la position officielle du Liban soit confuse, et aussi embarrassante, vis-à-vis de la médiation américaine, qui avait fait d’importants progrès.Le duo chiite fait pression, se considérant comme le véritable protecteur de la richesse du Liban, qui risque de perdre sa mission, car Hochstein a été clair dès le début que son rôle est désormais la dernière tentative.