SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 February 2023, Thursday |

La politique étrangère française envers le Liban est constante…

Le second tour des élections présidentielles françaises est au centre d’attention. Ces élections sont cruciales non seulement pour les Français, mais aussi pour le Liban et les pays de la région, car la France joue un rôle primordial et essentiel dans les intérêts étrangers aux côtés des États-Unis. De plus, La France preside  l’Union européenne depuis le début de cette année jusqu’à fin juin.

Des sources diplomatiques françaises ont déclaré à « Sawt Beirut International » qu’il y a des défis majeurs auxquels sont confrontés Emmanuel Macron et la cheffe de l’extrême droite Marine Le Pen, dont les voix sont proches: 28 % pour Macron et 23 % pour Le Pen.

C’est une rude bataille qui montre une fois de plus la nécessité de travailler sur les électeurs, en particulier de la part de Macron, qui a récemment concentré ses efforts sur la politique étrangère de la France, c’est-à-dire ses relations avec Washington, sa position sur les affaires iraniennes et son attention particulière à la crise libanaise, puis le dossier de la guerre russe contre l’Ukraine, avec toutes ses répercussions internationales, dont la lutte contre le virus Corona.

A ce stade, Macron est tenu de faire attention aux Français socialement et économiquement, et au pouvoir d’achat de leur monnaie et de leurs salaires qui sont un sujet qui pèse lourdement sur la société française. Dans sa campagne électorale, il suspendait les débats internes et avait tendance à accorder plus d’attention aux problèmes du monde. Le pourcentage de voix qu’il a obtenu l’a obligé à partir d’une base acceptable, car il a dû chercher des voix hésitantes de droite et socialistes en plus des voix du courant écologiste. Macron est désormais proche de son second mandat, mais la présence de l’extrême droite dans la vie politique française s’est affirmée.

En ce qui concerne les répercussions de la victoire de l’une ou l’autre des deux figures sur la scène libanaise, les sources affirment que le Liban est l’une des constantes françaises, car à son égard la politique française continue de donner  une attention directe et publique pour ne pas le laisser seul, afin de résister aux crises politiques, économiques et humanitaires. Avec les chances de présidence de Macron, les sources estiment qu’il complétera le fort intérêt pour le Liban, fondé non seulement sur la politique française traditionnelle, mais aussi sur sa propre expérience à gérer les contradictions libanaises et l’influence de l’Iran à travers son allié « Hezbollah » sur les articulations de la vie politique.Et cela avec le Golfe et le rôle arabe, qui, selon les sources, ne devrait pas du tout s’éloigner du Liban, afin que la sympathie arabe pour lui se poursuive et que l’approche tactique de ce pays se cristallise en coordination avec les Américains et d’autres pays européens.

Quant à la politique stratégique vis-à-vis du Liban, bien qu’il y ait des détails dans les relations libano-françaises qui semblent être distincts à ce sujet, la situation dans la région semble avoir le plus d’influence sur la politique vis-à-vis du Liban, même si la France a toujours joué le rôle de pression pour sa neutralité pour éviter sa survenance dans les axes régionaux. Elle s’attache donc à préserver sa souveraineté et indépendance, et travaille sur une autre voie pour stimuler sa stabilité, et c’est ce qui constitue pour elle une priorité.

    la source :
  • Sawt Beirut International