SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

La prochaine visite de Hochstein à Beyrouth…

Des sources diplomatiques occidentales s’attendaient à  » Sawt Beirut International » que Hochstein aura une atmosphère positive obtenue grâce à sa visite en Israël, qui a suivi sa visite au Liban l’automne dernier, à propos de chercher à jouer un rôle dans la question de la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et Israël. Par conséquent, sa visite prévue à Beyrouth dans la prochaine phase vise à transmettre un message positif qu’il a touché lors de ses rencontres avec des responsables israéliens.

En ce moment, le Liban, selon les sources, doit résoudre son problème concernant l’unification de sa position officielle concernant la ligne à laquelle il adhère en matière de liberté de mouvement qu’il n’abandonnera pas coûte que coûte. D’une part, des instructions sont données à la délégation de négociation pour respecter la zone de 2 290 kilomètres carrés, selon le point 29.

En revanche, le président de la République ne signe pas le décret 6435 qui préserve ce droit, et Hochstein a été informé lors de sa visite au Liban que la ligne 29 est une ligne de négociation.

Et que le Liban pourrait y renoncer pour faciliter la mission de médiation américaine. Étant donné que Washington insiste sur la démarcation et la nécessité pour le Liban de bénéficier au plus vite de ses richesses pétrolières.

Et que le retour de l’administration américaine sur la question de la démarcation est l’un des facteurs qu’elle considère comme un indicateur pour se concentrer sur la stabilité du Liban et l’empêcher de sombrer dans le chaos, malgré la tragédie économique qu’il traverse.

Parmi les difficultés que rencontre le gouvernement pour relancer le pays, et l’administration est consciente du parti d’obstruction, et pour elle la survie du gouvernement et le contrôle au maximum des entraves semblent indispensables en attendant que la scène se cristallise dans la région en à la lumière des résultats des négociations sur le dossier nucléaire iranien.

On s’attend à ce que la délégation américaine poursuive ses navettes entre le Liban et Israël avant de prendre position sur les négociations indirectes entre les parties libanaise et israélienne au siège des Nations unies à Naqoura.

Étant donné que le Liban doit également se prononcer sur la délégation de négociation et sur toute position politique du Liban concernant les frontières maritimes qu’il accepte, l’armée libanaise évitera la responsabilité des décisions de l’autorité politique dans les pourparlers à venir.

Il limitera également les pourparlers côté libanais au pouvoir exécutif : la Présidence de la République, la Présidence du Gouvernement et le Ministère des Affaires étrangères, et le retrait du dossier de démarcation de l’investissement politique interne.

Hochstein parlera de l’accélération des bénéfices du Liban du gaz égyptien et de l’électricité jordanienne à travers la Syrie, et de la manière dont des exceptions seront faites aux sanctions de la « loi de César » après qu’une demande libanaise a été faite à Washington de fournir des garanties plus solides aux Égyptiens afin de commencer à livrer du gaz égyptien au Liban.

Le Liban a également récemment demandé à l’administration américaine de procéder à une évaluation des sanctions en général, qu’elles affectent ou non le peuple libanais.

Les sources ont souligné que l’autre indicateur américain concernant le souci de la stabilité et de la reprise économique du Liban est son appel à s’engager à négocier avec le Fonds monétaire international et à mener les réformes nécessaires pour cela.