SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

La solution commence par la suppression de la milice !

Il est admis que le « Liban » est considéré comme une province iranienne occupée par une milice terroriste armée affiliée au régime du Wali al-Faqih en Iran, qui mine le pays de haine, de sectarisme, de drogue et d’explosifs, et voilà que le Liban se désintègre à cause de cette dépendance.

Le Hezbollah cherche à construire son état aux dépens du Liban, car il est le premier et principal bénéficiaire de la destruction de l’état au moment où la crise économique, financière et monétaire au Liban s’exacerbe, et à travers la réalité libanaise tendue, on peut considérer que cette occupation a atteint son apogée, et cela est évident par plusieurs points étaient et sont encore debout sur le corps usé d’une patrie, et ils sont les suivants :

Le Hezbollah, qui s’identifie comme la Résistance islamique au Liban, est une organisation politique et militaire chiite présente au Liban depuis plus de trois décennies. Il reçoit le soutien de l’Iran, qui à son tour considère le Liban comme un otage, comme un pays occupant qui utilise sa carte pour protéger ses intérêts, par le biais du Hezbollah et ne voit donc pas la nécessité d’adopter une politique sociale et économique pour le pays.

De plus, cette milice a occupé les terres libanaises et cédé une partie de ses terres à Israël et a tué et déplacé le peuple syrien, ce qui a alourdi la charge pesant sur les Libanais, sans parler du trafic de drogue, du blanchiment d’argent et de l’entraînement des terroristes des Houthis pour attaquer les pays du Golfe, sans oublier toutes les crises économiques, sanitaires et sociales. Le Liban a été poussé par le Hezbollah à l’effondrement et aussi cette milice a détruit ce pays par des manœuvres ouvertes avec l’ennemi israélien.

Et bien sûr, nous ne pouvons pas oublier l’accord de « Mar Mikhael », qui protégeait les armes en échange de la corruption et de l’usurpation de la présidence, ce qui a conduit à la détérioration de la situation sécuritaire en raison de la signature du CPL (Courant patriotique libre) sur la présence d’armes illégales, sans compter que son existence est une base de division, car cette milice portait des armes iraniennes, et descendait dans les rues en menaçant les gens. Elle a assassiné les dissidents et a déclenché la guerre civile. Elle a également détruit Beyrouth et le sud par une aventure stupide avec Israël.

Le premier responsable de l’effondrement économique actuel est le Hezbollah, qui a isolé le Liban de son environnement arabe, en particulier des pays du Golfe et du monde, et la base de la détérioration des conditions de vie et économiques au Liban est venue après cette hégémonie pro-iranienne aux dépens des institutions de l’État libanais et l’hostilité envers les Arabes et les pays amis qui soutiennent le Liban et l’économie libanaise.

Aussi, l’assassinat du Premier ministre du Liban, ainsi que l’assassinat d’un grand nombre de responsables de la sécurité et des plus éminents hommes patriotiques du Liban, notamment des politiciens, des personnalités médiatiques et des intellectuels, a été entièrement perpétré par le Hezbollah pour contrôler le Liban et détourner la décision de l’État libanais de changer l’approche et la culture sur lesquelles l’État était fondé.

En outre, et après la série d’assassinats, le Hezbollah a commis des crimes qui dépassent toutes les normes contre la souveraineté et le patriotisme, comme les actions qui ont conduit à l’invasion israélienne et à la destruction de Beyrouth et du Sud, les événements des « chemises noires » du 7 mai, l’explosion de Beyrouth, l’entraînement des Houthis, les meurtres, la sédition, l’ingérence extérieure, l’incitation aux conflits, l’embauche de mercenaires et la fabrication de Captagon, et la dépendance de l’État tout entier à l’égard des décisions des mollahs.

Le Hezbollah est celui qui a volé la vie et les sourires et qui a tué un grand nombre d’hommes d’État au Liban, puis a vendu le pays avec toutes ses composantes à l’Iran et à la Syrie. Les manifestations de ses victoires se sont limitées à la poursuite de la détérioration du Liban sur le plan économique et politique, et la solution commence par sa disparition.

    la source :
  • Sawt Beirut International