SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

L’absence du drapeau libanais et la « diplomatie de la soumission »

L’article 5 de la Constitution stipule : « Le drapeau libanais est rouge, blanc, rouge, les sections horizontales au milieu du cèdre, la section blanche en vert, et la taille de la section blanche est égale à la taille des deux sections rouges. Au milieu, le cèdre touche la section rouge supérieure et sa base touche la section rouge inférieure, et la taille ducèdre est parallèle à un tiers de la taille de la section blanche.  »

La fête du drapeau libanais , qui est le 21 novembre, la veille du Jour de l’Indépendance, célébré par les Libanais et levé par les étudiants dans les écoles et les universités.

Le président Michel Aoun, lorsqu’il était à la tête du gouvernement militaire entre 1988 et 1990, et lors de plus d’une conférence de presse, lorsqu’il s’adressait au drapeau libanais face aux drapeaux des partis et des milices, il disait : « Le drapeau libanais d’abord et plus grand, et les autres drapeaux à l’arrière et plus petits. »

Le samedi 5 septembre, lors de la visite de la délégation libanaise en Syrie, le drapeau libanais a été ignoré et la constitution a été éludée sous les yeux d’une délégation libanaise qui comprenait le vice-Premier ministre et deux ministres. Le drapeau libanais n’a pas été hissé à côté du drapeau syrien dans le coffre de la salle, qui comprenait les délégations libanaise et syrienne.

Ce n’est pas un hasard, en Syrie, chaque pas est calculé, même s’il s’agit d’un drapeau pour un pays qu’ils considèrent comme un « frère ».

La Syrie fait ce qu’elle veut sur son sol, mais qu’en est-il du côté libanais ? N’aurait-il pas dû demander que le drapeau libanais soit hissé à côté du drapeau syrien ? Ou a-t-il considéré la question comme marginale et secondaire? Craignait-il l’échec des pourparlers sachant que la décision du gaz égyptien et de l’électricité jordanienne est plus grande que le Liban et la Syrie, et qu’aucun des deux pays, en particulier la Syrie, ne peut s’y opposer ?

Combien de dignité et de violence aurait-elle portées si l’un des membres de la délégation libanaise s’était opposé à l’absence d’un drapeau libanais !

Mais la crainte d’une rupture des négociations semble les avoir conduits à ne pas soulever la question.

Même si les pourparlers s’effondrent, le problème de la Syrie sera plus avec l’Egypte et la Jordanie qu’avec le Liban.

Est-ce la crainte de suspendre l’électricité de Jordanie et d’importer du gaz d’Égypte ? La Syrie avec cette performance, si cela se produit, bloquerait la route vers la Jordanie et l’Égypte et pas seulement le Liban, cela signifie que l’autorité libanaise a les papiers de l’Égypte et de la Jordanie entre ses mains, alors pourquoi avoir peur?

Le Liban n’a peut-être pas officiellement cru que le Liban et la Syrie étaient des États indépendants et qu’il y avait un échange diplomatique entre eux. Il est vrai qu’il y a un manque de respect syrien pour le Liban, mais il est également vrai qu’il y a une soumission libanaise officielle.

L’article 384 du Code pénal stipule : « Le dénigrement de la science est un comportement de l’accusé en vertu duquel il dirige une phrase, un signal, un mouvement ou un dessin qui porterait atteinte aux principes et aux significations ci-dessus, comme le piétiner, le brûler, le déchirer ou même écrire un langage offensant contre lui. »