SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 March 2023, Friday |

L’accord Mar Mikhael a expiré et n’a pas été mis en œuvre

Malgré les rencontres toujours en cours entre le Hezbollah et le Mouvement national, dont la dernière a eu lieu la semaine dernière à Mirna Chalouhi, la rencontre n’a pas donné les résultats escomptés.

Des sources bien informées confirment que le fossé a été rompu entre le parti et le courant, et sa restauration est devenue très difficile car les priorités différaient pour les deux partis. Quant au Hezbollah, il y a plusieurs raisons qui ont conduit à ne pas privilégier l’entente :

D’abord, les circonstances dans lesquelles l’accord de Mar Mikhael a été établi ont changé, et il avait besoin d’un parti chrétien pour le couvrir à l’intérieur du Liban. Aujourd’hui, le Hezbollah n’a plus besoin de cette couverture car les circonstances ont changé et le regard de la communauté internationale et la communauté arabe a changé et elle est devenue hostile au parti, même s’il est soutenu par un parti chrétien parce que la maladie du Hezbollah est causée par son implication dans les guerres que mène l’Iran.

Deuxièmement, l’objectif du Hezbollah va au-delà de la présidence de la république, et il considère que le Courant patriotique libre a fait ce qu’on lui demandait et n’est plus un camp fort qui assure ce à quoi aspire le Hezbollah.

Troisièmement, le comportement et les manœuvres de Bassil tout au long du mandat de Michel Aoun n’étaient pas encourageants pour le Hezbollah, et le parti a souffert à plusieurs reprises et a parfois été contraint de céder pour plaire à Bassil, ce que le parti ne permet plus après aujourd’hui, tout comme le parti veut un président que le président du parlement Nabih Berri approuve, car les divergences entre Bassil et Berri ont fait perdre de sa force à l’alliance de l’axe de l’opposition.

Quatrièmement, si le Hezbollah avait voulu nommer Bassil, il lui aurait préparé le terrain avant la fin du mandat d’Aoun, et aujourd’hui Basil aurait été président de la république avec 65 voix, mais le Hezbollah ne veut pas de Bassil comme président, et ce que le le parti dit qu’amener un président qui ne poignarde pas le dos de la résistance signifie Bassil plus que tout autre Un autre personnage, car le parti est pleinement conscient que Basile est prêt à tout pour lever les sanctions américaines contre lui, et tout processus de négociation par Basile avec l’Amérique est un coup de poignard dans le dos de la résistance, et donc l’accord Mar Mikhael est mort et il reste à attendre que la cérémonie d’enterrement soit annoncée.

    la source :
  • Sawt Beirut International