SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

L’Arabie saoudite ne s’implique pas dans le jeu des noms et n’utilise pas le Liban comme carte dans les négociations

Les français et les Américains restent sur la position saoudienne sur le dossier d’éligibilité à la présidence libanaise, compte tenu du rôle constructif de l’Arabie saoudite pour le Liban. Il ne l’utilise pas comme une carte dans les négociations, mais veut plutôt que lui et son peuple soient stables et prospères à travers ce qu’il considère que ses fonctionnaires doivent mener à bien la tâche de construire l’État et de ne permettre à aucune autorité de prévaloir sur lui, selon des sources diplomatiques arabes.

Ces sources ont expliqué à la SBI que toutes les parties internationales surveillent la performance du Hezbollah pour l’après-accord sur la démarcation et si le positif s’appliquera également au dossier de la présidence de la République, et c’est ce sur quoi travaillent les Français et les Américains, et Riyad attend les résultats. Notant que les sources disent que l’atmosphère saoudienne est positive par rapport à ce qui prévalait dans la période précédente mais positive en attendant les développements.

Mais que veut Riyad dans le dossier présidentiel ? Des sources disent que Riyad n’a pas de candidat ou de nom spécifique et n’entre pas dans le jeu des noms, ni ne veut s’ingérer dans les affaires intérieures libanaises. Mais ce qui compte, ce sont certaines spécifications, non pas pour rien, mais dans le but de protéger le Liban de tous les dangers. Par conséquent, il veut un président qui ne soit pas extrême, et qui ne soit pas dans l’orbite du Hezbollah, mais un président souverain qui puisse dialoguer avec tous les Libanais et résoudre leurs crises, et ramener le Liban à jouer son rôle arabe. Il veut qu’il soit satisfaisant pour tous les Libanais, pas pour une seule équipe. Il espère également qu’il sera élu dès que possible afin d’éviter l’entrée du pays dans l’inconnu.

Le dossier présidentiel a fait l’objet de discussions à Riyad par l’intermédiaire de la délégation du Secrétaire général de l’ONU à Beyrouth, Joanna Wronecka, dans le Royaume. Elle a souhaité écouter la position saoudienne compte tenu du rôle important joué par le Royaume dans ce dossier et au niveau régional, et ce n’est pas la première fois que les Nations Unies soutiennent le rôle saoudien.

Il y a donc toujours un rôle élargi que l’ONU veut jouer en tendant la main à toutes les parties qui influencent le Liban. Selon les sources, Wronecka a souligné dans le Royaume la nécessité de pousser à l’élection d’un nouveau président au Liban et a entendu les constantes saoudiennes concernant l’éligibilité présidentielle, et poursuivra ses réunions américaines et Français à ce sujet, sans révéler si elle se rendra à Téhéran ou se contentera de réunions avec les dirigeants du Hezbollah.

    la source :
  • Sawt Beirut International