SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

L’Association libanaise pour la surveillance des élections s’attend à des violations et des problèmes le jour des élections

Après que la phase électorale des expatriés se soit terminée avec succès et à quelques jours des élections du 15 mai, tout le monde attend le jour des élections, surtout à la lumière de l’aspiration du peuple libanais à un changement majeur à travers ces élections et pour essayer de se libérer du système politique corrompu qui a conduit le pays à ce qu’il est devenu.

Avec l’augmentation du niveau de la rhétorique et des attitudes populistes électorales, une atmosphère de méfiance vis-à-vis de la pratique de ce système et de ses partisans suscite l’inquiétude des citoyens. Ce système utilise l’intimidation pour garder les citoyens captifs de ses intérêts et continuer à contrôler leur destin.

Dans ce contexte, et pour connaître le rôle de l’Association libanaise de surveillance des élections (LADE) dans la surveillance du processus électoral et les violations attendues, le Secrétaire général de l’Association, Roni Al-Assaad, révèle à « Sawt Beirut International » certaines des violations et infractions qui ont été enregistrées dans les pays d’expatriation lors de leur surveillance des élections dans ces pays. Les élections dans ces États sont généralement peu compliquées en raison du nombre peu élevé d’électeurs, mais il souligne que la plupart des responsables des bureaux de vote n’avaient pas suffisamment d’expérience dans l’organisation de ces élections et ne se sont pas familiarisés avec la loi. Al-Asaad souligne que ces violations sont spécifiquement la promotion électorale à l’intérieur et à l’extérieur des bureaux de vote, et une violation du silence électoral, en plus du fait que certains électeurs ont filmé les listes pour lesquelles ils ont voté et les ont publiées sur les médias sociaux, ce qui signifie qu’il y a eu une violation de la loi en violant le secret du scrutin.

Al-Assaad n’a pas exclu que les élections de dimanche prochain prennent un chemin différent, notant que les chefs de bureau de vote n’ont pas non plus reçu une formation suffisante pour mener à bien leur travail, à l’exception d’un clip vidéo leur expliquant le déroulement du vote, en plus de la présence d’un grand nombre d’entre eux qui ne connaissent pas la loi électorale.

Selon l’expérience du travail de l’association, Al-Assaad s’attend à ce qu’il y ait quelques frictions dimanche prochain et une grande promotion électorale à l’extérieur des bureaux de vote, surtout avant la fermeture des bureaux.

Sur la question de la saisie des cartes d’identité des électeurs, le responsable de l’association indique qu’il y a des plaintes que nous recevons habituellement de citoyens dont les cartes d’identité ont été confisquées, avec confirmation de ces violations en filmant les bureaux électoraux qui effectuent cette violation.

L’association signale également les pressions exercées par les employeurs et l’influence qu’ils exercent sur leurs employés et le chantage qu’ils exercent sur leurs moyens de subsistance afin d’élire des personnes qu’ils soutiennent.

En ce qui concerne l’existence d’une connexion et d’une coordination entre l’Association libanaise de surveillance des élections et la Commission de surveillance des élections, Al-Assaad indique que les rapports sont envoyés par nous à la Commission afin qu’elle les examine et applique les exigences légales, et il y a une coordination et une consultation continues entre nous et la mission de l’Union européenne pour surveiller les élections, à travers la réunion des membres de la mission avec les représentants de l’association, et nous suivrons le travail des comités d’enregistrement pendant le comptage des votes.

Al-Assaad a nié l’existence d’une nouvelle technologie pour le comptage électronique des votes, mais il a souligné qu’il existe un processus visant à faciliter les tâches des chefs des bureaux de vote grâce à des documents qui ont été préparés de manière plus rapide et plus efficace dans le processus de comptage.

Concernant la sécurité des caisses des électeurs à l’étranger et qui se trouvent à la Banque du Liban, il indique qu’il n’y a pas de membres de l’association à l’intérieur de la banque, mais nous n’avons aucune crainte pour ces caisses.

Sur la question de savoir si la possession de téléphones portables est autorisée pendant le processus de vote et derrière les isoloirs, il indique que cette chose n’est pas interdite, mais à condition qu’ils ne soient pas utilisés pour filmer car cela contredit le secret du vote.

En résumé, le 15 mai devrait être le début du changement, car la participation au vote n’est pas une option mais un devoir national, et chaque citoyen doit voter, car il est vraiment temps d’éliminer la classe politique dirigeante qui a détruit les espoirs et l’avenir de la totalité du peuple.

    la source :
  • Sawt Beirut International