SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

Le Conseil de sécurité de l’ONU prolonge le 30 août la mission de la FINUL

Le Liban se prépare à être éligible à la prolongation de la force internationale opérant dans le sud en vertu de la résolution 1701 « FINUL » pour une nouvelle année sans aucune modification ni changement dans sa mission ou son nombre.

Des sources diplomatiques aux Nations Unies ont révélé à « Sawt Beirut International » que la session du Conseil de sécurité pour émettre la décision de prolongation se tiendra le 30 août, notant que le mandat de la force se termine le 31 de ce mois, et là ceux sont des consultations informelles entre les Etats membres du Conseil de sécurité qui ont commencé sur la question. La prolongation est nécessaire car elle constitue un élément de stabilité dans le sud et sur les frontières libano-israéliennes.

Cependant, elle a noté qu’à l’approche de la date de la prolongation, le « Hezbollah » augmente le niveau de tension à travers les menaces qu’il profère dans ses discours, ce qui place le Liban au bord du gouffre en raison de la crainte officielle que ces menaces ne constituent une avenue pour l’escalade avec Israël, d’autant plus qu’il s’agit d’un lien avec les négociations sur la démarcation et son sort.

Cela survient également dans le sillage de la guerre israélienne contre Gaza et de ce qu’elle symbolise d’un désir israélien de cibler les dirigeants qui suivent les ordres de l’Iran en Palestine, et des dangers que cela représente pour le Liban, si des dirigeants similaires sont ciblés sur son sol.

Les sources ont indiqué que le Conseil de sécurité tiendra une séance de discussion après-demain, mercredi, avec les pays participant à la force internationale pour évaluer le travail de la force et les problèmes auxquels elle est confrontée dans l’accomplissement de sa mission.

Ensuite, évaluez les positions des pays participants à ce sujet, et après la lettre dans laquelle le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a demandé au Conseil de sécurité de prolonger la FINUL à la demande du Liban.

La France présentera un nouveau projet de résolution prévoyant un renouvellement pour un an de la force sans modifier sa mission ni son nombre.

Le projet de résolution comprendra également une assistance à la Force internationale de l’armée libanaise pour une période de six nouveaux mois, comme cela s’est produit dans la résolution qui a été étendue à la force en août de l’année dernière.

Elle a indiqué que tous les pays du conseil soutiennent la poursuite de cette assistance, car c’est l’armée qui doit être soutenue pour mettre en œuvre la résolution 1701 et assurer la stabilité du pays au milieu de l’effondrement économique qui a affecté son institution.

Les sources ont révélé que lorsque la France présentera le projet de résolution sur l’extension de la force, des discussions informelles et non publiques commenceront à ce sujet. Chaque pays présentera des amendements à la résolution, en particulier les États-Unis, qui veulent et derrière Israël être dur avec la mission de la FINUL afin de surveiller le transfert d’armes dans sa zone d’opérations, et de prendre des mesures à cet égard.

Cela signifie un amendement à la résolution 1701, qui relève du chapitre six, ou des soi-disant six et demi. Alors que tout rôle supplémentaire de la force relève du chapitre VII, qui autorise l’utilisation de tous les moyens pour parvenir à la paix, y compris l’usage de la force.

Mais à l’issue des négociations, Washington y renonce, car il se rend compte que l’amendement est difficile et nécessite une reformulation de la décision dont les motivations politiques ne sont peut-être pas disponibles à l’heure actuelle.