SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 21 October 2021, Thursday |

Le gouvernement de la déclaration ministérielle « Ensemble pour le sauvetage » … aura besoin de quelqu’un pour le sauver !

« Ensemble pour le sauvetage » est le titre de la déclaration ministérielle du gouvernement du Premier ministre Najib Mikati et la question qui se pose, selon ce qu’une source informée a déclaré à « Sawt Beirut International » Qui tendra la main au président Mikati pour mettre en œuvre le sauvetage à la lumière de la contradiction apparente entre les composantes de l’autorité actuelle et le gouvernement dont les couleurs sont apparues après son annonce depuis le palais de Baabda et les biographies des ministres, surtout les ministères sensibles, notamment les travaux, les affaires étrangères et l’énergie.

La source ajoute que les contradictions n’ont pas tardé à apparaître, et elles ont précédé la confiance, notamment sur la question du pétrole iranien, puisque les positions et les clarifications ont varié, notamment de la part de la République islamique d’Iran, qui a réagi aux propos du Premier ministre, qui a considéré l’importation du carburant iranien comme une violation de la souveraineté, alors que les responsables iraniens ont d’abord confirmé qu’il avait été envoyé à la demande des autorités libanaises, et plusieurs l’ont suivi. Des éclaircissements ont finalement été accordés aux importateurs libanais, mais tout le monde sait que la décision de l’importer a été prise depuis Haret Hreik.

La source notable poursuit que les alliés du Hezbollah n’ont pas émis de position claire à cet égard, et même le discours du chef du « Courant patriotique libre » lors de la séance de confiance était dépourvu de toute référence au pétrole iranien, et il a seulement mentionné le pétrole irakien et le gaz égyptien, et cette affaire soulève de nombreux points d’interrogation concernant l’objectif d’abandonner cette « aide iranienne ». S’agit-il là de signes pour ceux qui sont concernés par la question de la levée du collier de sanctions, qui a été précédée par la controverse sur le décret modifiant les frontières maritimes et la suspension des négociations entre le Liban et l’entité israélienne ?

Quant à l’enquête sur le dossier de l’explosion du port de Beyrouth, et la vérité à laquelle Mikati aspire, va inévitablement se heurter à la « suspicion légitime », qui est devenue une priorité absolue pour tous ceux qui ont été accusés par l’enquêteur judiciaire, Tarek Bitar.

Ici, nous devons revenir sur le point le plus important sur lequel Mikati compte en termes de relations avec les pays arabes et du Golfe. Les portes lui seront-elles ouvertes pour qu’il leur rende visite, et si cela a lieu malgré les messages qui sont arrivés à travers les médias arabes et à travers des personnalités proches des centres de décision dans ces pays. Il n’est pas possible de gaspiller l’argent des pays qui ont embrassé le Liban depuis sa création au profit de ceux qui tentent par divers moyens, si ce n’est au niveau d’attitudes humiliantes et « ingrates », d’essayer de déstabiliser sa sécurité en aidant le « Hezbollah », les Houthis, qui ne cessent d’envoyer des drones qui visent les installations les plus importantes en Arabie Saoudite.

Quant à ne pas mentionner l’équation « peuple, armée et résistance », tout le monde sait qu’il est impossible d’y toucher, et s’il n’y avait pas eu le « feu vert » de Haret Hreik pour la laisser tomber de la déclaration pour une fois, la déclaration n’aurait pas vu le jour avec une telle rapidité.

En conclusion, la source estime que toutes les tentatives pour sauver ce qui reste des composantes économiques du pays ne seront pas réalisées, et les points qui ont constitué les piliers de la déclaration ministérielle sont considérés comme des « contrats à long terme », alors le Président Mikati tendra la main, mais elle restera tendue, dans l’attente d’un miracle qui n’est pas actuellement disponible à la lumière de l’engagement international français, américain et britannique.