SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

Le gouvernement de Mikati restera vide et des sanctions seront imposées à tous

« La date limite pour former un gouvernement n’est pas ouverte. » Cette phrase que le Premier ministre désigné Najib Mikati a conclu son discours après sa rencontre avec le président Michel Aoun, sur une période de 25 minutes, suffit à montrer l’étendue des complexités qui existent jusqu’à aujourd’hui.

Une source bien informée a confirmé à «Sawt Beirut International », que le processus gouvernemental, sortira de Baabda et sera sans ministres, et cela, malgré les délais qu’il s’est donné, qui ont varié depuis sa mission pour former le gouvernement, jusqu’à aujourd’hui.

La source ajoute que Mikati ne se compare pas au Premier ministre Hariri, car chaque personne a des points de départ spécifiques et des approches différentes.

Mais il semble que le premier ministre désigné essaie de changer les constantes des portefeuilles ministériels, que le président Michel Aoun n’abandonnera pas, et son équipe n’abandonnera pas, car c’est la dernière chance pour eux, afin de réduire les pertes, qui a nui aux « Mandat de Aoun et de son equipe », et ce qui a rendu les choses plus compliquées, les sanctions contre l’ex-ministre Gibran Bassil.

Et la source continue, il semble que le mécanisme annoncé par les pays européens, il y a quelques jours, concernant les sanctions qui seront imposées aux responsables libanais qui faisant obstruction à la formation du gouvernement, n’ait pas constitué un élément dissuasif pour faciliter la naissance du gouvernement.

Et cette négligence à y faire face, ils en paieront le prix dans les sanctions qui leur seront infligées, tout comme la conférence internationale, sur laquelle ils comptent, le 4 août, ne sera pas pour la classe corrompue.

Le report de la rencontre, entre le président désigné et le président Aoun, au-delà de l’anniversaire de l’explosion du port, n’est qu’un pari perdu.

En outre, le rapport d’Amnesty International est une décision présumée contre la classe corrompue, lorsqu’il a confirmé que « les autorités libanaises ont passé l’année dernière à faire obstruction au processus de recherche de la vérité sur ce qui s’est passé lors de l’explosion du port de Beyrouth ».

La source poursuit: « Malheureusement, chaque jour, un responsable accuse les « nitrates » des autres, et ce sont eux qui en étaient responsables. »

Il a ajouté: « Aujourd’hui, ils essaient de négocier certains portefeuilles, à travers lesquels ils peuvent resserrer leur contrôle sur les articulations du pays, électoralement, judiciairement et financièrement, mais la responsabilité internationale sera accompagnée par les familles des victimes des port et le peuple libanais après avoir donné l’autorité de 30 heures pour lever les immunités des députés et des ministres nécessaires à l’enquête.  »

En conclusion, la source confirme qu’aucun gouvernement ne sera formé pour le Liban dans les prochains jours.