SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Le Hezbollah a perdu sa notoriété… « Ranges tes missiles »

Les missiles du Hezbollah ne sont plus échangeables à l’intérieur du Liban, et la domination de ses armes ne terrifie plus les Libanais. Même ses missiles sont devenus des cibles faciles pour le peuple libanais, qui ne supporte plus le comportement des milices de Khamenei au Liban.

Les événements de Khaldeh et Hasbaya sont venus confirmer que le Hezbollah a perdu sa notoriété et a commencé à perdre la couverture populaire de la résistance que les Libanais considéraient comme une résistance face à l’ennemi israélien, mais cette résistance n’est rien d’autre qu’une feuille d’automne dans les mains des mollahs d’Iran qui tombe lorsque les vents du changement soufflent à l’intérieur du Liban.

Cette perte de notoriété a plusieurs raisons, dont le fait que le Hezbollah n’a pas pu maintenir le soutien populaire dont il bénéficiait lors de la guerre de juillet 2006, alors qu’il a retourné son arme « résistive » sur la tête des Libanais le 7 mai, cette arme qui a tué l’officier pilote de l’armée libanaise, Samer Hanna, cette arme qui s’est perdue dans les ruelles de « Al Dahyeh Al Janoubieh » de Beyrouth, et qui a été utilisée pour l’intimidation et le trafic de drogue, cette arme qui est devenue un fardeau pour l’État et les citoyens, cette arme qui a tué les enfants de Syrie, cette arme qui a apporté du nitrate d’ammonium et fait exploser le port de Beyrouth et tué le peuple libanais.

De la résistance à la contrebande de drogues et de grenades bourrées de pilules narcotiques par les gangs, il a nui aux relations du Liban avec les États du Golfe, menacé les moyens de subsistance des Libanais dans le Golfe, isolé le Liban de son environnement arabe et fait du Liban un point noir dans le bilan des relations libano-arabes et des relations avec le Golfe.

L’incident de Hasbaya est venu indiquer que les Libanais ne veulent pas la guerre, mais plutôt vivre dans la dignité, et ils veulent l’établissement d’un État sans confiscation de la décision de guerre et de paix, aussi les libanais ne veulent pas un ferme où prévaut la loi de la jungle.

Quant à l’intimidation du parti envers le vendeur de figues, c’est une preuve de faillite, de faiblesse, de malice et de haine de la part d’une secte dont le Hezbollah a pris les idées de Khamenei et les a plantées dans des cœurs remplis de colère et de la logique de l’arrogance, mais ce temps est révolu, et le parti doit revenir à sa vraie taille.

Sans aucun sens du patriotisme et de la responsabilité, le Hezbollah s’est transformé en boîte aux lettres pour délivrer les messages du régime de Téhéran à Israël et à l’Amérique, menaçant la sécurité fragile du Liban et son économie qui s’effondre, mettant le peuple en proie aux ambitions moyen-orientales de Khamenei et à son rêve impossible d’étendre son influence et de déstabiliser les peuples.