SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

Le Hezbollah a profité de la crise de Bassil et le dernier offrait l’obéissance

Les excès du président du Courant patriotique libre , Gebran Bassil, et de ses adjoints ne sont pas passés facilement par le Hezbollah, qui a attendu le bon moment pour profiter du courant faible afin de conclure un règlement unilatéral lucratif.

L’attaque contre Nabih Berri par Bassil et son courant est une ligne rouge pour le parti, car le moment n’est pas de diviser au sein de la seule maison chiite, et cela n’a été autorisé par le Hezbollah en aucune circonstance.

Dans le contexte, des sources politiques informées dans l’orbite du parti confirment que Bassil a atteint une impasse après l’échec du pacte pour diriger le pays, que le parti a utilisé pour freiner les excès de Bassil et les appartements qu’il a réalisés, et s’est parfois écarté des directives du Hezbollah et de sa vision de la politique intérieure du Liban.

Les sources ont déclaré à Sawt Beirut International que le parti avait attendu le bon moment et avait demandé à Bassil de se soumettre à ses conditions, et ce dernier s’est trouvé obligé de se soumettre parce qu’il avait besoin des votes et de l’influence du parti.

Les sources indiquent que Bassil a perdu beaucoup de son équilibre, et il n’a eu qu’à accepter le papier du Hezbollah et a offert l’obéissance en échange de votes chiites qui lui donnent le droit de gagner un certain nombre de sièges parlementaires pour rester sur la scène chrétienne en tant qu’allié du parti.

En échange de ces conditions selon les sources, Bassil a été soumis, et a promis de ne pas s’écarter à tout prix de la politique du parti, il c’est aussi une condition qu’il ne se présente pas à la présidence de la république ou n’exige pas le soutien du parti pour lui à la présidence, en plus de marcher avec le chef du Mouvement de Marada Suleiman Frangieh comme candidat effectif à la présidence de la République par l’équipe du 8 mars.

L’acceptation par Bassil de ces conditions a indiqué l’ampleur de la crise que traverse le Pacte et son courant, ce qui explique ses derniers mots à la veille des élections lorsqu’il a déclaré que lorsqu’il voudra la présidence et qu’il estimera que les circonstances sont bonnes, il se présentera.

Les sources ont confirmé que la direction du parti avait ouvert le président de la république dans les conditions, de sorte que les conseils du président Aoun à Bassil l’ont accepté parce qu’il n’a pas d’autres options, mais le président Aoun a conditionné la direction du parti à ne pas accepter le vote pour le président de la Chambre des représentants et le renouvellement pour lui après les élections, qui a été catégoriquement rejetée par la guerre, et l’a considéré comme une priorité.

    la source :
  • Sawt Beirut International