SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 October 2021, Tuesday |

Le Hezbollah a-t-il quelque chose à voir avec le meurtre d’un policier suédois ?

Un policier suédois a été tué dans le centre-sud de la ville de Göteborg.

Le policier décédé – malgré la dissimulation de son identité par les autorités suédoises de sécurité – a 33 ans, et sa mort est survenue à la suite d’un tir à bout portant, et il est fort probable qu’il a été tué par erreur, alors qu’il était en un endroit où des affrontements intermittents ont eu lieu entre les gangs du crime organisé en Suède.

Peut-être que le lecteur arabe qui vit au Moyen-Orient lira une nouvelle si surprenante sur l’existence d’une mafia qui tue des âmes et prend des vies, dans un pays scandinave tranquille comme la Suède. D’autant plus que la Suède a acquis une réputation dans le monde entier pour être un pays stable.

Mais la réalité de la situation conduit l’observateur vers les nouvelles des campagnes menées par l’actuel gouvernement suédois – qui est considéré comme un gouvernement intérimaire – contre ces gangs qui pratiquent toutes les formes de violence contre les citoyens ou résidents sur le territoire suédois.

La question qui se pose est de savoir d’où viennent ces gangs, qui les soutient et comment fonctionnent-ils ? La réponse réside dans la subordination de ces groupes en dehors de l’autorité de l’État et de la loi à des partis externes et à des dirigeants extrémistes.

On sait en Suède qu’il existe plus d’une vingtaine de gangs qui adoptent la violence et travaillent dans le domaine du trafic de drogue et d’êtres humains, ainsi que du port d’armes légères et moyennes. La structure organisationnelle de ces groupes déviants est parfois une structure « tribale », surtout si l’on parle d’une famille particulière dont les origines remontent au Liban, en Albanie, en Iran et dans d’autres pays du Moyen-Orient ou ceux situés en Europe de l’Est.

Par exemple, mais sans s’y limiter, la milice du Hezbollah au Liban a des relations étroites avec ces gangs, et les membres du Hezbollah envoient à ces gangs – régulièrement – de la drogue, du haschich et des pilules Captagon qui sont fabriqués au Liban et en Syrie.

Et ce, sous la supervision d’Hassan Nasrallah et des membres de son parti, c’est pourquoi l’Allemagne a classé le Hezbollah comme organisation terroriste il y a environ un an.

Et Beaucoup de ces miliciens se sont installés en Suède, pour échapper aux poursuites des autorités fédérales allemandes, et afin de continuer à pratiquer cette activité internationalement interdite et suspecte.

Il ne se passe pas un jour en Suède sans que l’on apprenne des bombardements limités, le meurtre de certains, ou des fusillades qui ont eu lieu dans les quartiers périphériques de la capitale.

Mais pour les gangs d’atteindre le point de tuer un policier suédois, c’est un développement inattendu de la classe politique ou même de la société en Suède.
Car les lignes rouges dans la coutume de ces organisations exigent de ne pas affronter la police suédoise et d’éviter tout contact avec elle.

La situation de ces gangs criminels est toujours similaire à celle d’organisations terroristes telles que la Fraternité, ISIS et d’autres.
Qui profite de la souplesse des lois européennes dans des pays comme la Suède, pour diffuser les notions de violence, de terrorisme et de crimes.

Pendant la pandémie de Corona et les souffrances des pays du monde à la suite de sa propagation, la Suède a également souffert de l’exacerbation du phénomène de propagation des gangs dans les nouveaux quartiers, et ces gangs ont développé leurs méthodes pour séduire les jeunes sans emploi, toxicomanes, ou parfois mineurs.