SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Le « Hezbollah » a visé Chalouhi…

Il ne fait aucun doute que l’étau a commencé à se resserrer sur le cou de la tutelle du régime Faqih, surtout après la tension qui a dominé la relation avec les Européens, atteignant les limites d’imposer des sanctions aux personnalités de la « Garde révolutionnaire » et de la « Basij ».

Même si l’on s’attendait à ce qu’ils soient inclus dans la liste des organisations terroristes qui pourraient porter le coup de grâce à l’aile militaire du régime.

Mais les sanctions peuvent être le premier soulagement, malgré les tentatives de Téhéran d’affirmer son innocence des drones utilisés par les Russes pour bombarder l’Ukraine.

Toutes ces choses indiquent que Téhéran est assiégée de l’intérieur et de l’extérieur.

Par conséquent, il doit utiliser ses cartes à l’étranger, représentées par les milices financées par lui depuis l’Irak, qui malgré ses tentatives de resserrer son emprise sur l’arène irakienne et ne permettent pas qu’il soit expulsé de l’emprise de la Tutelle du Faqih.

Cependant, les choses ont commencé à aller à contre-courant des bateaux de Téhéran, apparus dans le sport lors du lancement de la 25e édition de l’Arabian Gulf Cup à Bassorah.

Cela a provoqué la colère du régime iranien, qui a protesté contre cette désignation.

La source indique que le Liban sera le point de plus grande attraction sur lequel parie Téhéran à travers le « Hezbollah », qui constitue toujours la seule force capable de manœuvrer dans l’arène libanaise, qui est en état d’effondrement au niveau de institutions, à commencer par la présidence de la république, considérée comme le dilemme le plus important auquel le « Hezbollah » affronte son allié, le chef du « Courant patriotique libre », l’ancien ministre Gebran Bassil, devant ses adversaires.

Il a atteint les limites de l’affrontement de ce dernier et de sa menace de sortir de « l’accord Mar Mikhael », qu’il a scandé lorsque ses demandes n’ont pas été satisfaites, et les choses reprennent souvent leur cours normal et les huis clos s’ouvrent.

C’est ce qui s’est passé hier lors de la réunion qui a réuni l’assistant politique du secrétaire général du Hezbollah Hussein et une délégation du parti avec le ministre Basile à Mirna Chalouhi.

Où la réunion a duré environ deux heures et demie, et bien sûr le plat principal était les élections présidentielles, qui ont été annoncées par Al-Khalil après la fin de la réunion avec son indication que de nombreuses questions ont été abordées.

A travers ce qui précède, il semble que les choses soient encore dans un état de stagnation entre les deux partis, en raison de leurs répercussions sur le « Courant patriotique libre » s’il accepte les conditions du parti.

Ce qui aura des répercussions sur Basile, qui a relevé le plafond du chantage politique contre son allié.

Il a affiché son refus total d’adopter la candidature de Haret Hreik à la tête du Mouvement Marada, même si le parti ne l’avait pas annoncé officiellement.

Cependant, ces sources estiment que la réunion tripartite de Chalouhi a brisé la glace, mais ne l’a pas fait fondre.